À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

L'architecture

L'architecture


Quelle est la principale difficulté qu'on rencontre en photographie architecturale ?
● Comparativement à de nombreux autres sujets, les édifices et monuments sont généralement de vastes dimensions et se trouvent souvent emprisonnés dans des espaces sans grand dégagement. Dans ces conditions, on manque de recul, ce qui oblige à se servir d'un objectif grand-angulaire. D'autre part, l'appareil doit être incliné pour inclure dans l'image le sommet de certains édifices. Ces deux contraintes engendrent ensemble la convergence des lignes verticales, donnant l'impression que les sujets photographiés ne sont pas droits mais plus ou moins penchés. Ce déséquilibre est souvent mal toléré par l'oeil du spectateur.

● Il existe plusieurs solutions à ce problème.
1) La solution la plus simple consiste, non pas à chercher à corriger la convergence des verticales, mais à l'accentuer. Dans ce cas, le déséquilibre sera perçu par l'oeil du spectateur non pas comme un défaut, mais comme un effet volontaire, surtout si la composition et le graphisme justifient ce cadrage audacieux. Cette solution conviendrait bien aux possesseurs d'appareils grand public. Placez-vous franchement au pied du monument et relevez fortement l'objectif. Le grand-angulaire, en exagérant les perspectives, permet de mettre en évidence la démesure d'une certaine architecture.

2) Si vous souhaitez, au contraire, avoir des images plus conformes à la réalité en éliminant les lignes fuyantes, essayez d'adopter le point de vue le plus proche possible de la mi-hauteur de l'édifice photographié. Vous pouvez, par exemple, demander l'autorisation de monter dans les étages d'une des maisons environnantes et de photographier d'une fenêtre qui fait face au sujet. Vous pouvez également grimper à un arbre, sur une échelle, un pylône électrique. Plus vous vous approchez de la position de mi-hauteur, plus vous avez de chance d'améliorer l'image en parvenant à maintenir l'appareil le plus horizontal possible.

3) Eloignez-vous du sujet et utilisez un téléobjectif pour cadrer votre sujet. Cela vous évitera d'avoir à pointer l'appareil vers le haut et à subir l'effet de convergence. Mais cette solution n'est malheureusement pas toujours exploitable. Néanmoins, prenez l'habitude d'observer au préalable votre sujet et essayez de le cadrer avec votre objectif de la plus longue focale possible ; ne vous rapprochez et ne changez de focale que lorsque vous aurez épuisé toutes les possibilités du plus long téléobjectif.

● Enfin, la solution royale est l'utilisation d'un objectif grand-angulaire à décentrement. Il est possible, avec un tel objectif, de maintenir l'appareil horizontal et de jouer sur le déplacement, horizontal ou vertical, du bloc optique, pour obtenir des verticales approximativement parallèles sur l'image et recentrer le sujet, en fonction du cadrage désiré. Cet objectif permet, en outre, de supprimer un avant-plan gênant (lampadaire, voiture, etc.). Malheureusement, le prix de ce matériel le met souvent hors de la portée des amateurs.


Comment doit-on effectuer le cadrage ?
● Il est souvent tentant, surtout lorsqu'on est en voyage organisé, de photographier un bel édifice à partir de l'endroit où l'on se trouve par hasard. Résistez à cette tentation. Prenez la bonne habitude de commencer par observer le sujet directement, sans regarder dans le viseur. Faites d'abord le tour des lieux et choisissez des premiers plans, des fonds et des angles de prise de vues qui vous semblent les plus intéressants. Ne portez l'appareil à l'oeil pour effectuer le cadrage que lorsque vous aurez arrêté votre choix.

● Le téléobjectif permet de photographier un monument plein cadre à partir d'un point de vue éloigné. Mais il contribue la plupart du temps à un rendu froid, objectif, un peu plat du sujet.

● Avec une courte focale - c'est généralement le cas des compacts -, l'image accusera un relief plus sensible, une distance plus marquée entre les avant-plans et les arrière-plans. Mais attention ! Si l'on ne peut trouver un point de vue élevé et si l'on souhaite maintenir une certaine horizontalité de l'appareil pour éviter l'apparition de lignes fuyantes, les avant-plans pourront prendre dans l'image une importance énorme. Il faudra donc s'efforcer de trouver un premier plan significatif ou du moins agréable, comme par exemple des massifs de fleurs, des haies, des enseignes, des personnages, des bancs publics. Evitez absolument les grandes étendues de sol vide. L'idéal, c'est évidemment le premier plan parfaitement intégré au caractère général de l'image et qui, en plus, suggère une ambiance. De toute façon, un premier plan judicieusement choisi contribuera à donner de la profondeur à l'image et à guider le regard vers le sujet principal.

● Il est souvent souhaitable d'intégrer un élément humain à l'image pour lui donner de la vie. Un personnage au premier plan qui regarde le sujet principal guidera l'oeil du spectateur vers celui-ci. Si votre monument se trouve trop loin de vous pour qu'il soit possible de lui faire occuper une place importante dans l'image, cadrez au premier plan un personnage montrant l'édifice du doigt, et alors cet éloignement involontaire deviendra un atout. Si les personnages sont vêtus de couleurs vives, le contraste général de l'image s'en trouvera amélioré. Mais faites attention pour éviter que l'élément humain ne devienne le sujet principal.

● Il peut être également avantageux d'inclure dans l'image un élément de dimension connue, qui donnera une idée de l'échelle en facilitant l'appréciation des proportions.

● Remarquez qu'il n'est pas toujours nécessaire de travailler en gros plan. Au contraire, il est parfois avantageux de situer le monument dans son contexte, son environnement.

● Même si le but initial de la visite d'un monument est d'en prendre une vue d'ensemble, cela vaut souvent la peine d'être attentif à certains détails d'architecture - gargouilles sculptées ou bas-reliefs, par exemple - qui peuvent donner lieu à quelques photographies intéressantes. Utilisez un téléobjectif, notamment lorsque ces détails sont inaccessibles.

● Profitez des reflets dans l'eau quand ils existent. Par ailleurs, les immeubles modernes vitrés permettent de jouer sur leur effet de miroir.

● Lorsque vous cadrez, surveillez attentivement ce qui se passe dans votre viseur, car il existe de fortes probabilités qu'une ligne électrique ou téléphonique se mette en travers de votre image ; essayez, dans toute la mesure du possible, d'éliminer cette ligne. Les voitures constituent un autre problème ; si vous ne pouvez pas éviter de les cadrer, utilisez alors des temps de pose tellement longs que tous les véhicules en mouvement disparaîtront.


Comment doit-on exploiter la profondeur de champ ?
● Il n'est pas toujours souhaitable d'utiliser une profondeur de champ importante. En effet, le meilleur moyen de mettre le sujet en valeur n'est pas de le noyer dans une foule de détails insignifiants, mais bien de le dégager de son environnement. Soyez donc sélectif : essayez de déterminer ce qui est important dans l'image et jouez de la profondeur de champ pour le mettre en valeur en noyant les détails superflus dans le flou.

● On pense généralement à détacher un sujet principal sur un fond flou. Cela est évidemment une bonne chose. Mais il peut aussi être intéressant de suggérer un monument par une image floue au lieu de le montrer platement ; toutefois, dans ce cas, il est nécessaire de fournir à l'oeil un point d'appui par l'inclusion au premier plan d'un élément bien net.


Quel est le meilleur éclairage à utiliser ?
● On n'a pas toujours la possibilité de choisir un éclairage approprié, surtout lorsqu'on est en voyage organisé. Mais dans la mesure du possible, adoptez un éclairage qui mette le sujet en valeur.

● Pour réaliser des images à contre-jour, il faut choisir le moment où le soleil est bas sur l'horizon ou faire appel à des filtres à effets. Le contre-jour n'est acceptable que si la masse noire du monument possède un contour caractéristique ou bien se trouve mise en valeur par la transparence d'autres éléments. Evitez en général le contre-jour franc : étant donné la masse de l'édifice, aucune correction d'exposition ne serait satisfaisante, car on ne pourrait obtenir des détails à la fois dans les zones claires et dans les parties sombres ; il n'est pas non plus possible de déboucher les ombres par un éclair de flash.

● L'éclairage à exploiter, évidemment, est la lumière naturelle. Un éclairage frontal, celui d'un après-midi d'été par exemple, bien qu'il accentue les couleurs, aplatit les masses et est par conséquent à déconseiller. Sachez profiter de l'aube et du crépuscule, qui baignent de lueurs roses un édifice blanc. Mettez aussi à profit le temps après un orage, car l'atmosphère, débarrassée de ses poussières, est d'une extraordinaire limpidité.

● Pour réaliser des images intéressantes, attachez-vous à étudier votre sujet à toutes les heures du jour pour saisir la métamorphose quotidienne de la pierre provoquée par le soleil. En général, le meilleur éclairage est la lumière oblique, latérale, qui fait ressortir les textures et les modelés en engendrant une harmonieuse répartition des ombres et des lumières. Cette condition se trouve en général remplie en milieu de matinée et d'après-midi. Si vous voulez saisir des détails d'architecture tels que portes, pendules, cadrans solaires ou sculptures, attendez que la lumière soit rasante.


Quelle est l'utilité des filtres en photographie d'architecture ?
● N'hésitez pas à utiliser des filtres pour personnaliser vos images d'architecture.

● Le ciel bleu constituant très souvent le meilleur fond pour les sujets photographiés, il peut être utile de pouvoir en contrôler la densité. Avec un film couleur, le filtre polarisant représente à cet égard la solution la plus rationnelle. Il ne faut pas oublier que ce filtre permet, en même temps, de renforcer la saturation de certaines couleurs et de réduire les reflets des ·.9 7 fenêtres. Avec un film noir et blanc, utilisez un filtre rouge ou jaune foncé pour assombrir le ciel ou faire ressortir les nuages.

● Les filtres dégradés peuvent donner vie et matière à une image banale, ou plus concrètement permettent d'apporter une note de couleur dans les ciels. Attention toutefois à ne pas colorer en même temps la partie supérieure de l'édifice.

● La lumière douce du matin sera bien rendue par un léger effet brumeux que peut procurer un filtre "fog" (brume).

● Enfin, exploitez toutes les ressources des filtres à effets selon votre imagination et votre fantaisie.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

À tous les coeurs bien nés, que la patrie est chère! (Voltaire).
Aimons ! ces instants-là sont les seuls bons et sûrs (Victor Hugo).
 
Les coeurs les plus proches ne sont pas ceux qui se touchent (proverbe chinois).
Ronge l'os que le sort te jette (proverbe arabe).