À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Les enfants

Les enfants


Les enfants constituent-ils un sujet vraiment difficile, compte tenu du nombre d'échecs qu'on déplore souvent ?
● Les photos d'enfants occupent en général la plus grande partie des albums familiaux. Ce phénomène est sans doute dû à notre fibre parentale très sensible. Mais c'est précisément à cause de cette fibre que les parents sont contents dès qu'ils voient le visage de leur enfant sur une image, que celle-ci soit ou non objectivement agréable à regarder. Certains photographes professionnels réalisent de mauvaises photos de leurs propres enfants, précisément parce qu'ils ne songent plus à soigner leur travail. Le premier conseil qu'on peut vous donner est donc le suivant : tâchez d'adopter un certain détachement ; faites comme si vous photographiez, non pas vos chers chérubins, mais les enfants de votre voisin.

● La photographie d'enfants a une autre particularité. Elle repose beaucoup plus sur la psychologie que sur le savoir-faire technique. Tout le monde sait que l'enfant vit dans un monde bien différent de celui de l'adulte. En toute logique, pour réussir des photos d'un enfant, vous devez effectivement entrer dans sa peau et non pas projeter sur lui votre propre attitude et votre propre vision.


Concrètement, comment fait-on pour entrer dans la peau d'un enfant à photographier ?
● Le terme "entrer dans la peau d'un enfant" doit être compris non seulement au sens psychologique mais aussi au sens physique.

● L'enfant voit le monde à sa propre petite hauteur, non à hauteur d'adulte. Moralité : agenouillez-vous, accroupissez-vous, mettez-vous à quatre pattes ou même à plat ventre pour photographier votre enfant à sa hauteur. Sans cette précaution, vous donnerez la désagréable impression d'écraser votre sujet. Supposons que vous vouliez prendre une photo de votre fils de cinq ans en train de jouer avec sa voiture télécommandée. Si vous opérez debout, il apparaîtra dans l'image simplement comme une masse informe. Mais si vous installez votre appareil au ras du sol, vous aurez capté toute l'attitude et l'expression du modèle qui, dans son for intérieur, n'est pas en train de se divertir, mais de s'imaginer être un Alain Prost au volant de son puissant bolide. Incidemment, rappelons-nous cette très judicieuse remarque de Montaigne : "Les jeux des enfants ne sont pas des jeux."

● Pour faire de bonnes photos d'enfants, il faut aussi impérativement se faire accepter d'eux. Vous n'obtiendrez rien de bon si vous repoussez votre bambin, qui court vers vous les bras tendus, en lui lançant des éclairs de flash. Vous n'obtiendrez rien de bon non plus si vous êtes considéré comme un intrus, un gêneur, un voleur d'images.


Comment peut-on procéder pour se faire accepter ?
● Commencez par oublier momentanément que vous voulez faire des photos. Faites-vous le complice de votre enfant : parlez-lui, intéressez-vous à son activité du moment, participez à ses jeux.

● Lorsque le courant aura commencé à passer, montrez au jeune modèle votre équipement photographique. S'il désire l'examiner, le toucher, le palper - ce qui est plus que probable -, n'hésitez pas à le satisfaire, en faisant comme si ce matériel faisait partie de ses jouets - ce qui est très difficile à concéder, il faut bien l'avouer ! Laissez même l'enfant essayer de vous photographier si tel est son souhait. De toute façon, il faut que vous arriviez à dissiper chez l'enfant toute appréhension et toute méfiance à l'égard de l'appareil photographique ainsi qu'à l'égard de ce que vous vous proposez de faire. Comme les enfants se lassent vite des choses, après un moment votre jeune modèle ne se souciera probablement plus de vos préoccupations photographiques et vous laissera opérer en paix, vous permettant de tirer des portraits détendus et naturels.


Est-ce que tout se passe toujours à peu près ainsi ?
● Malheureusement non. Il est des occasions où l'enfant se montre décidément allergique à l'appareil photo, surtout lorsqu'il s'agit d'un adolescent. Dans ce cas, n'insistez pas, abandonnez tout simplement votre projet ou reportez-le à plus tard, car rien n'est aussi désastreux que prendre des photos d'un enfant sans son accord et sa coopération. Dans le même ordre d'idées, il n'est jamais conseillé de photographier un enfant à son insu.

● Mais en général la situation n'est pas aussi désespérée. Il vous faut plus souvent faire preuve de douceur et celle-ci sera récompensée. Pour détendre l'atmosphère, pour éviter toute crispation, ne cessez pas de parler avec votre modèle, non seulement de ce que vous avez l'intention de faire mais aussi de tout et de rien. Evitez impérativement les injonctions comme celles-ci : "Fais-moi un sourire", "ne lève pas ta tête comme ça !", "tu veux bien regarder cet appareil, oui ?" Procédez plutôt par suggestions et faites preuve de beaucoup de patience.

● Si vous avez un appareil Polaroid, profitez-en pour tirer immédiatement une image du sujet. Vous pourrez alors lui faire prévoir le résultat de ce que vous voulez faire avec lui, et discuter des positions et expressions que vous voulez lui faire prendre. L'enfant se prendra ainsi très vite au jeu.

● Enfin, n'oubliez pas que les enfants deviennent rapidement impatients. Aussi, ne faites appel à eux que lorsque tous les préparatifs et réglages ont été effectués.


Comment doivent se dérouler les prises de vues ?
● Le principe le plus fondamental est d'essayer de ne pas sortir l'enfant de son cadre habituel. Il serait donc bon de le photographier dans sa chambre, dans son coin de jeu plutôt que dans le salon. Comme le naturel prime sur toute autre considération, n'arrangez pas trop le cadre, étant donné que l'univers des enfants, c'est le désordre. Si quelques détails gênants viennent quand même se glisser dans le viseur, c'est sans grande importance. Mais, bien entendu, rien ne vous empêche de choisir un cadrage qui comprenne le moins d'éléments perturbateurs possible.

● Photographiez votre jeune sujet lorsqu'il est occupé à quelque chose. Donnez-lui un livre, un jouet, ou faites-lui regarder un objet qui le fascine ou l'étonne. L'enfant, absorbé par l'occupation que vous lui avez fournie, peut oublier totalement l'appareil photo, qui enregistre alors toutes ses expressions.

● Comme les enfants sont bien souvent remuants et leurs réactions imprévisibles, vous devez faire preuve de mobilité et d'improvisation. Un objectif zoom peut être utile mais ne vous dispense pas de ces qualités. Soyez à l'affût pour saisir les expressions et les attitudes les plus inattendues.

● Pour bien photographier les enfants au jeu, vous pouvez recourir à la méthode suivante. Installez l'appareil sur pied, faites les réglages de cadrage et de mise au point sur un endroit donné, et restez prêt à déclencher à distance au moment voulu. Dans ce cas, une courte focale est de rigueur pour obtenir un maximum de profondeur de champ et un cadre suffisamment large. Il est plus agréable de faire ce genre de photo avec la complicité d'un partenaire.


Comment doit-on photographier les bébés ?
● Il vaut souvent mieux prendre en photo les bébés en position verticale - mais cela n'est nullement indispensable. Si le modèle est un très jeune bébé, il sera nécessaire de le soutenir à l'aide de coussins, ou de le tenir de façon qu'il regarde par-dessus l'épaule de quelqu'un ou le dos d'un fauteuil. Faites un gros plan, soit à l'aide d'un téléobjectif, soit en vous rapprochant et en utilisant un objectif normal. Opérant très près du sujet, vous devrez soigner particulièrement la mise au point, car la profondeur de champ sera très réduite. Comme avec les enfants, montrez les bébés au cours de leurs occupations - le jeu, le repas, le bain. Evitez les arrière-plans chargés qui pourraient détourner le regard du sujet principal. Prenez vos images en lumière douce - en intérieur, la lumière du jour provenant d'une fenêtre, ou un flash indirect ou diffusé constituent les meilleurs choix ; en extérieur, ce sont la brume ou les ciels nuageux.

● Les bébés sont assez difficiles à photographier, car leurs réactions sont imprévisibles et ils se fatiguent rapidement. Soyez donc prêt à déclencher dès qu'une bonne occasion se présente.


Quel est le meilleur matériel à utiliser ?
● Un appareil reflex avec son objectif standard serait une très bonne solution. Mais tout appareil grand public ferait aussi bien l'affaire, car il a l'avantage d'être discret et maniable.

● Si possible, n'utilisez pas le flash afin de ne pas perturber le sujet. Si l'enfant est près d'une fenêtre, la lumière ambiante pourrait suffire. Les émulsions rapides, 200 ou 400 ISO, évitent l'emploi du flash dans la plupart des cas et sont par conséquent conseillées malgré une certaine perte de qualité des images. Pensez au flash indirect, ou au second flash que vous actionnerez à l'aide d'une cellule d'auto-déclenchement.


Comment conserve-t-on les photos d'enfants ?
● Les enfants sont en général assez indifférents à leurs propres photographies lorsqu'elles sont prises. Mais dix ans ou vingt ans plus tard, ce seront pour eux - et pour leurs proches aussi - des souvenirs inestimables. Alors, pensez à bien les présenter et bien les conserver.

● Bannissez impitoyablement les albums autocollants, dont les feuilles jaunissent très vite et ne font qu'attirer la poussière. Préférez les beaux albums ressemblant aux livres, non à spirales, avec des pages cartonnées et des feuillets de protection ; ces albums dureront des années.

● Collez vos photos avec une colle spéciale type Despé 37, ou avec des coins photo à double face autocollante, en vente en papeterie.

● Pensez à effectuer une mise en page originale au lieu de toujours aligner les photos les unes au-dessus des autres. Et surtout, n'hésitez pas à recadrer vos images en les taillant avec une paire de ciseaux : vous n'êtes nullement obligé de ne conserver que des photos carrées ou rectangles aux mensurations conventionnelles ; choisissez des dimensions et des formes selon votre bon plaisir et votre imagination.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Celui qui ne sait pas faire de distinctions n'entrera jamais bien dans les affaires, mais celui qui en fait trop n'en sortira jamais bien (F. Bacon).
L'amour pénètre dans l'homme par les yeux et dans la femme par les oreilles (proverbe polonais).
 
Le sage rend bienfait pour bienfait, mais aussi bienfait pour méfait (proverbe chinois).
Les révolutions marchent sur des ventres vides (proverbe américain).