À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

L'éclairage aux bougies

L'éclairage aux bougies


Est-il difficile de faire des photos éclairées aux bougies ?
● Réaliser de bonnes photos à la lumière d'une ou de quelques bougies n'est pas difficile techniquement. Mais le matériel y compte beaucoup.

● Parlons d'abord des films à utiliser. Il est essentiel de conserver l'ambiance chaude que dispensent les bougies. Il est donc conseillé de choisir les films inversibles 160 tungstène, équilibrés pour 3200 K. Si vous optez pour un film négatif couleur, préférez les sensibilités 200 ou 400 ISO.

● Côté appareil, seul un bon reflex peut vous donner une marge de manoeuvre confortable. Comme un éclair de flash brutal tuerait irrémédiablement l'ambiance, on doit pouvoir mesurer la lumière des bougies, et opérer à une grande ouverture (entre f/2,8 et f/4) et à une vitesse de 1/15 ou 1/30 s (n'oubliez pas d'utiliser un pied photo). Parfois la lumière est tellement faible que ces valeurs ne suffisent même pas et les limites de couplages de l'appareil sont dépassées ; dans ce cas, la seule solution pour obtenir une mesure consiste à augmenter la lumière.

● Un très grand nombre d'appareils grand public, des fixfocus et des autofocus compris, ne sont pas conçus pour travailler en si faible lumière. Beaucoup d'entre eux mettent automatiquement le flash intégré en marche, ce qui vous permet d'avoir une image mais vous prive de l'ambiance ; pour y remédier dans une certaine mesure, mettez sur le réflecteur du flash un morceau de gélatine ou de cellophane couleur orange clair. D'autres appareils se contentent de vous signaler qu'il faut actionner le flash ; si vous refusez d'obtempérer, votre photo sera à coup sûr sous-exposée.


Supposons qu'on ait un appareil adéquat. Comment effectue-t-on la mesure ?
● Puisqu'il existe nécessairement un grand écart de luminosité entre la flamme de la bougie (ou des bougies) elle(s)-même(s) et le sujet principal, il faut renoncer à prendre une mesure globale. Si votre appareil est doté d'un dispositif de mesure sélective (mesure spot), réglez l'exposition en prenant, pour référence, le visage du modèle. A défaut de système spot, on obtient le même résultat en s'approchant du sujet ou en allongeant la focale de l'objectif zoom, de manière à écarter la flamme du viseur. En somme, il s'agit de mesurer la lumière, pas la flamme : les posemètres intégrés aux appareils photographiques sont conçus pour mesurer la lumière réfléchie par les sujets, non celle émise par des sources visibles de l'objectif.


Qu'entendez-vous par grand écart de luminosité entre la flamme et le sujet principal ?
● La flamme étant très faible, il existe nécessairement un contraste lumière-obscurité important entre la source lumineuse localisée et le sujet principal si celui-ci se trouve à quelques dizaines de centimètres d'elle. Demandez donc au personnage photographié de s'approcher très près de la flamme et réalisez un gros plan. Vous vous rendrez compte que la lumière est plus uniforme, c'est-à-dire qu'il y a moins d'ombres.

● Vous pouvez aussi essayer d'augmenter la lumière et de réduire le contraste de différentes autres façons. Allumez des bougies supplémentaires, mais laissez-les en dehors du champ. Une lampe à incandescence - non au néon - de faible intensité peut être utilisée pour apporter un peu de lumière sur le visage des personnages ou pour souligner le contour de leurs cheveux ; dans le premier cas la lampe doit être placée exactement au-dessus de la scène photographiée et hors champ, et dans le second cas elle sera cachée derrière les personnages. On peut même faire appel à un flash, mais il doit être extrêmement discret et soigneusement diffusé.

● Pour créer un effet radiant autour de la flamme, installez ou tenez devant l'objectif un filtre à étoiles (star) ou de diffraction.


Quelle pose le sujet doit-il adopter ?
● Quand vous prenez une photo éclairée aux bougies, demandez au personnage de diriger son regard vers la flamme. Cela est indispensable, compte tenu des principes fondamentaux de la grammaire de l'image. En effet, quand l'oeil du spectateur rencontre une image, il se laisse naturellement attiré par les zones les plus claires ; la flamme de la bougie s'avère donc l'élément le plus important. Ainsi donc, si le personnage photographié ne regardait pas la flamme, il y aurait conflit entre son attitude et celle du spectateur, et l'image serait réputée confuse ou illisible.

● Rappelons qu'il est nécessaire de cadrer serré. Cela permet de réduire le contraste, comme nous venons de voir. D'autre part, cela attire l'attention du lecteur sur le sujet principal au lieu de la diluer par une trop grande dispersion des éléments qui composent l'image.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Trouve-moi un amant raisonnable et je te donnerai son poids d'or (Plaute).
Doutez, si vous voulez, de celui qui vous aime, D'une femme ou d'un chien, mais non de l'amour même (A. de Musset).
 
Comme l'eau courante ne peut croupir, les gonds de la porte d'un ami ne peuvent se gripper (proverbe chinois).
La maladie du corps est la guérison de l'âme (proverbe basque).