À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Les feux d'artifice

Les feux d'artifice


Peut-on photographier les feux d'artifice avec un appareil grand public ?
● Il est possible de réaliser de bonnes photos de feux d'artifice avec un appareil grand public, à condition d'être conscient de ses possibilités et de ses limites.

● L'appareil le plus simple, dépourvu de réglages de mise au point et d'exposition, n'exige bien évidemment aucune manipulation. Tout au plus, n'actionnez pas le flash car il sera totalement inutile.

● Avec un appareil autofocus, vous pouvez faire confiance à la mise au point automatique, car elle va se caler tout simplement sur l'infini, ce qui représente la position qui convient parfaitement aux circonstances. En revanche, l'exposition risque d'être hasardeuse, car l'appareil ne sait pas travailler en faible lumière et ne permet pas des poses longues. Par mesure de sécurité, utilisez des films sensibles de 400 ISO. Débrayez le flash si possible. Sinon, méfiez-vous des éléments qui pourraient se trouver dans le champ au premier plan : éclairés par le flash, ils prendraient trop d'importance dans l'image et deviendraient le sujet principal ; au besoin, glissez vos doigts devant le réflecteur du flash pour cacher l'éclair.


Peut-on se fier à l'autofocus des appareils reflex ?
● Les systèmes autofocus des appareils reflex fonctionnent, non pas à l'infrarouge comme c'est le cas des compacts, mais en présence d'un contraste suffisant du sujet, ce qui n'est pas le cas des feux d'artifice. Il faut dont débrayer la mise au point automatique si cela est possible et amener manuellement la bague de mise au point face au repère correspondant à l'infini : c'est le meilleur moyen d'obtenir des photos nettes.


Comment doit-on régler le cadrage ?
● Il y a deux façons de procéder, suivant les circonstances ou les images que vous voulez réaliser.

● Si vous avez déjà en tête un cadrage précis et en plus si vous pouvez choisir un objectif approprié, tout ce qui vous reste à faire est de bien sélectionner votre point d'observation. Une fois le point d'observation choisi, il reste à sélectionner un objectif dont la focale est compatible avec le champ que vous désirez photographier.

● Vous avez intérêt à repérer les lieux suffisamment longtemps à l'avance afin de prendre position avant le début du spectacle. Votre choix sera dicté par les considérations suivantes :

● * Dans le cas d'un feu d'artifice tiré au bord d'un plan d'eau, cherchez à vous élever le plus possible (terrasse d'un immeuble par exemple) afin de pouvoir cadrer à la fois les fusées et leur reflet dans l'eau.

● * Les feux d'artifice tirés depuis un monument - châteaux en ruines, donjons et constructions spectaculaires - comportent presque toujours des effets colorés obtenus par des feux de Bengale ou par des cascades lumineuses. Préférez alors un point de vue éloigné, qui vous permettra de cadrer large et d'inclure tout le merveilleux spectacle.

● * Dans le cas où le site de tir ne présente aucun intérêt particulier, oubliez les lieux, éloignez-vous du public et concentrez-vous uniquement sur ce qui se passe dans le ciel. Avec un téléobjectif, cadrez uniquement les arabesques qui se forment dans les airs.

● Mais vous pouvez aussi choisir votre poste d'opération en fonction de l'objectif dont vous disposez. L'objectif standard de votre appareil peut être utilisé dans la majorité des cas, surtout si la zone de tir est assez vaste. Les objectifs de 100 à 135 mm permettent des cadrages serrés sans exiger un recul exagéré. Mais une trop longue focale ne facilite pas la recherche des fusées dans le ciel.

● Dans tous les cas, recherchez un point de vue assez élevé et calme (fenêtre ou balcon ouvrant sur le champ de tir) afin de ne pas être gêné par la foule.

● Il faut essayer de prévoir la hauteur à laquelle s'élèveront les fusées, de façon à cadrer un peu plus en hauteur et à ne pas couper leur traînée lumineuse.

● Dans la mesure du possible, essayez d'inclure des plans d'eau et des reflets, ou des silhouettes intéressantes, au premier plan des vues générales du spectacle.


Quelle sorte de film doit-on choisir ?
● La question du choix de films - type A ou type B - est sans grande importance ; cependant, un film lumière artificielle assure plus d'éclat aux couleurs chaudes (rouges et jaunes) et une meilleure pureté aux blancs. Il est sans doute préférable de travailler avec des films négatifs couleur, qui acceptent mieux les fortes erreurs d'exposition. Choisissez la sensibilité de 400 ISO.

● Toutes les fantaisies sont permises : filtres colorés sur l'objectif pour modifier les couleurs des fusées, filtres à prismes pour multiplier les images, etc.


Comment doit s'effectuer la prise de vues ?
● Compte tenu des faibles conditions d'éclairage habituelles, les temps de pose varient normalement entre 1/30 s et plusieurs secondes. Cela signifie qu'un pied s'impose si l'on souhaite échapper au flou de bougé. L'appareil doit être rigoureusement stable si vous incluez dans l'image des éléments clairs immobiles (arbre, réverbère, immeuble, etc.), si toutes les scènes se déroulent au ras du sol ou si vous photographiez les effets d'illumination.

● Mais en dehors de ces cas, une grande stabilité de l'appareil ne s'impose pas, car les traces lumineuses dans le ciel sont elles-mêmes un sujet qui bouge. On pourrait même secouer l'appareil pendant la pose, dans le but d'obtenir de belles images tremblées, des graphismes colorés ou des représentations abstraites. Vous pouvez donc travailler à main s clairs immobiles (arbre, réverbère, immeuble, etc.), si toutes les scènes se déroulent au ras du sol ou si vous photographiez les effets d'illumination.

● Mais en dehors de ces cas, une grande stabilité de l'appareil ne s'impose pas, car les traces lumineuses dans le ciel sont elles-mêmes un sujet qui bouge. On pourrait même secouer l'appareil pendant la pose, dans le but d'obtenir de belles images tremblées, des graphismes colorés ou des représentations abstraites. Vous pouvez donc travailler à main levée, sans pied photo et sans appui, s'il n'existe aucun point de référence fixe dans le champ.

● Avec un appareil grand public, vous n'avez en principe aucun moyen de choisir l'ouverture et le temps de pose. Vous devrez donc vous contenter de viser les fusées en explosion et de déclencher, en espérant que l'image sera bonne.

● Avec un appareil reflex, votre marge de manoeuvre sera très grande, à condition d'opérer en mode manuel. La mise au point sera faite sur l'infini, et l'obturateur réglé sur la pose (pose B). Choisissez de préférence une ouverture modérée, f/8 par exemple, qui autorise des expositions allant jusqu'à plusieurs secondes. Installez un bouchon sur l'objectif. Au lieu d'appuyer sur le déclencheur pour chaque photo, utilisez un déclencheur souple avec bouton de verrouillage, pour maintenir l'obturateur ouvert en permanence. Lors de l'explosion d'une fusée, retirez le bouchon de l'objectif pour photographier la fusée, et remettez-le en place au bout de quelques secondes. Recommencez autant de fois que vous en avez envie afin d'enregistrer la trace de plusieurs fusées sur une seule image. Efforcez-vous de les positionner dans des sections différentes du cadre. Quand le compte vous semblera bon, relâchez le déclencheur souple et réarmez l'appareil. Déclenchez quand la fusée quitte le sol et ne refermez l'obturateur qu'une fois la gerbe de feu parfaitement formée ; l'image comportera alors tout le trajet de la fusée et le magnifique bouquet apparu au moment de l'explosion. Faut-il rappeler que l'emploi d'un flash est strictement inutile ?

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Une chose de beauté est une joie éternelle (John Keats).
Sans Cérès et Bacchus, Vénus a froid (Térence).
 
On doit servir ses parents après leur mort comme durant leur vie (proverbe chinois).
Mieux vaut de vieilles dettes que de vieilles rancunes (proverbe gaélique).