À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Les animaux sauvages

Les animaux sauvages


Quel est, pour l'amateur, l'objectif le plus adéquat pour faire la chasse photographique ?
● Puisqu'il s'agit d'animaux sauvages, c'est-à-dire vivant en liberté, il n'est pas possible de s'en approcher de très près. Les appareils compacts sont donc exclus, car en les employant on obtiendrait un sujet beaucoup trop petit sur ses images.

● Un téléobjectif s'avère indispensable pour vous permettre de photographier votre sujet à une certaine distance, sans le gêner, et aussi de disposer d'une profondeur de champ assez faible. Mais ne choisissez pas une longueur focale exagérée, ceci pour plusieurs raisons : plus la longueur focale est élevée, moins on a de profondeur de champ ; plus la focale est longue, plus les problèmes de vibrations et de bougé deviennent importants ; enfin, les très longues focales sont peu lumineuses.

● Un téléobjectif de 180 ou de 200 mm serait la meilleure solution pour l'amateur. Attention ! Quand le temps de pose est inférieur à la moitié de la focale (par exemple, 1/125 s pour un objectif de 250 mm), les risques de flou de bougé deviennent très sérieux et un pied stable s'impose. A défaut de pied, utilisez un film plus sensible, qui, malgré son grain, est préférable à la pure perte due au flou de bougé.

● La plupart des vues peuvent être prises efficacement à l'aide d'un zoom de 70-210 mm ou de 80-200 mm.

● Si vous ne possédez pas un tel matériel, sachez qu'il est possible de le louer.


Est-il nécessaire d'avoir un flash ?
● Un flash est presque toujours indispensable, notamment lors d'affûts et pour les oiseaux. C'est souvent le seul moyen de déboucher un contre-jour ou d'éviter les problèmes créés par les ombres des branchages. Le flash permet de continuer à utiliser des films de faible ou moyenne sensibilité et des ouvertures de diaphragme de f/11 ou f/16, même quand la lumière ambiante vient à manquer. Dans certains cas, il permet aussi d'éclairer un endroit à l'ombre où l'animal photographié a volontairement élu domicile.

● L'inconvénient du flash réside dans la portée limitée de ses éclairs. Essayez de remédier à la situation en adaptant les éclairs à l'angle très étroit des téléobjectifs à l'aide d'une lentille de Fresnel appropriée. Vous pouvez aussi approcher le flash du sujet en l'installant au préalable puis en le déclenchant à distance à l'aide d'un câble de synchronisation ou d'une cellule d'auto-déclenchement.

● Remarquez que les éclairs du flash électronique sont trop rapides pour être vraiment aperçus par le sujet et le déranger.


Quels sont les autres équipements nécessaires ?
● Comme vous devrez sans doute guetter votre sujet et suivre sa piste, votre équipement doit être léger et facile à transporter.

● Munissez-vous d'un fourre-tout souple, en toile ou en cuir. Mais la meilleure solution serait un gilet pourvu de nombreuses poches.

● Une bonne paire de jumelles sera une aide précieuse pour l'observation du terrain et le repérage du sujet à photographier.

● Une carte IGN 1/25000 (1 cm pour 250 m) constituera un bon guide puisqu'elle fournit des informations précieuses (sources, petits chemins, clôtures, etc.).

● Portez des vêtements peu voyants, peu bruyants, solides et amples. Ils doivent surtout être suffisamment chauds - en cas d'affût, par exemple, le grelottement engendre inévitablement le bougé.


Quelles sont les conditions de prise de vue de la photographie animalière ?
● Il est important d'avoir une bonne connaissance de la nature, des sujets photographiés et du milieu dans lequel ils évoluent. Adressez-vous à des organismes ou associations susceptibles de vous aider à cet égard. Recueillez des conseils pratiques sur la localisation des espèces, leurs habitudes, les meilleurs moments pour les approcher. Il est de notoriété qu'un animal vienne fréquemment au même endroit : ce sera précisément là où on l'attendra. Si votre sujet est farouche, disposez un appât et dissimulez l'appareil photographique monté sur pied dans un cache spécial ; utilisez un déclencheur à distance et un moteur d'avancement.

● Employez un film de 400 ISO, qui autorisera des ouvertures assez petites pour produire de bonnes profondeurs de champ, et des vitesses d'obturation assez rapides pour figer le mouvement.

● Si possible, choisissez un fond simple qui contraste avec l'animal, du fait de sa couleur et de sa texture. S'il existe des détails indésirables, noyez-les dans le flou à l'aide d'une plus grande profondeur de champ. Vous pouvez inclure dans l'image un objet de dimension connue pour donner une idée de l'échelle.

● L'éclairage joue un rôle important dans la mise en valeur des textures et des teintes. Une lumière basse et oblique est très souhaitable. Un éclairage à contre-jour produira un halo autour de la fourrure de l'animal et mettra sa forme générale en relief.

● Ne déclenchez pas à une trop grande distance. Ne vous approchez pas trop du sujet non plus : il existe une certaine "distance de sécurité" propre à chaque espèce que vous devez observer afin de ne pas effaroucher les sujets que vous photographiez.

● La chasse photo nécessite la discrétion. Ne partez pas en groupe, mais préférablement en solitaire. Il est aussi essentiel d'aller le nez au vent et d'être toujours prêt à réagir.

● En photographie animalière, la patience et l'expérience font bien plus que l'équipement. Le hasard, de son côté, joue un certain rôle ; ne vous découragez donc pas si vous rentrez bredouille d'une promenade photographique.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

À l'homme hardi, la fortune tend la main (César Oudin).
L'âme d'un amant vit dans le corps de l'amante (Caton le Censeur).
 
La bienveillance et la justice sont les seuls vrais avantages (proverbe chinois).
Une mésange dans la main vaut mieux qu'une grue dans le ciel (proverbe russe).