À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Cuisine chinoise et asiatique

Bien manger, c'est atteindre le Ciel
(proverbe chinois)

● Depuis quelques années, de plus en plus d'Occidentaux voyagent en Extrême-Orient pour visiter ces pays qui leur semblent fascinants. Et ils ont l'occasion, au cours de leurs pérégrinations, de connaître et d'apprécier l'exquise saveur des cuisines locales.

● Mais pourquoi ne pas chercher à mettre dans son assiette, sur sa table familiale, la cuisine gastronomique de Chine, Corée, Indonésie, Japon, Malaisie, Philippines, Thaïlande et Vietnam ? L'idée n'est pas si farfelue car, malgré les apparences, il est assez facile de confectionner de délicieux petits plats de ces pays avec simplement des produits du marché et les ustensiles habituels de sa propre cuisine. Il ne faut pas oublier que ce qui fait la saveur de la nourriture d'Extrême-Orient, ce ne sont pas les ingrédients, mais essentiellement la façon de les préparer.

Dessin d'un bol de noulles avec des baguettes

● Il vous est parfaitement possible de varier votre menu quotidien ou marquer les grands événements familiaux avec, à chaque fois, un seul ou plusieurs plats proposés sur ce site. Vous allierez alors charme de l'exotisme avec plaisir du palais. Bien manger a été toujours considéré par les peuples d'Extrême-Orient comme une recherche légitime et moralement souhaitable. C'est dans cette perspective que Confucius disait : "Si tu sais aimer les bonnes choses de la vie, tu sais aussi aimer la Vertu." Et sa pensée, manifestement, n'est pas si éloignée de celle de Vauvenargues, qui disait: "La plus grande perfection de l'âme est d'être capable de plaisir."

● Alors, faites-vous plaisir, en préparant et en dégustant de merveilleux plats de la cuisine chinoise et asiatique !

Le temps révèle tout et n'attend pas d'être interrogé (Euripide).
Mais qui peut arrêter l'impétueuse ivresse D'un coeur brûlant d'amour et que le plaisir presse ! (Antoine Bertin).
 
Il ne peut pas pleuvoir chez le voisin sans que j'aie les pieds mouillés (proverbe chinois).
L'homme crée la fortune, mais la fortune n'a jamais créé l'homme (proverbe vietnamien).