À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

L'eau

L'eau


A-t-on intérêt à photographier l'eau ?
● L'eau est un sujet photographique par excellence. On peut en faire de magnifiques images lorsqu'elle est en mouvement ou au repos, lorsqu'elle est à l'état solide sous forme de cristaux de neige, de givre, de grêlons, de glace épaisse et dure, lorsqu'elle est à l'état de vapeurs ou de brumes, lorsqu'elle est sous forme de rosée du matin, de pluie ou d'éclaboussures, etc. Nous étudions ici la façon de photographier l'eau en mouvement et les reflets dans l'eau.


Comment photographie-t-on les reflets dans l'eau ?
● Les reflets représentent un sujet digne d'intérêt. Se métamorphosant au fil des heures, ils peuvent être cadrés isolément, sans référence à l'image réelle, ou bien prolonger cette dernière. Dans le second cas, on peut ou non rechercher la symétrie suivant l'effet qu'on recherche ; veillez à ce que l'axe de symétrie soit toujours parfaitement horizontal.

● Cherchez des endroits comportant des reflets à photographier. Plutôt qu'une piscine, choisissez un petit étang ou des flaques d'eau de pluie.

● Tout comme pour les reflets photographiés dans un miroir, il est conseillé de faire la mise au point sur l'image réfléchie et non sur la surface de l'eau.

● Pour obtenir un bon reflet, il est indispensable que le sujet soit bien éclairé. La lumière de début ou de fin de journée s'y prêtera donc mieux que celle de midi. Cependant, si la lumière frappe le sujet selon un angle assez grand, elle peut donner naissance à des réflexions. Vous pouvez décider d'inclure de telles réflexions dans l'image ; dans ce cas, l'emploi d'un filtre à étoiles contribuera à donner un effet particulier. Mais en général on a intérêt à éliminer ces réflexions plutôt gênantes par l'utilisation d'un filtre polarisant.


Quelle est l'action du filtre polarisant ?
● Lorsqu'une étendue d'eau est tranquille, les rayons de lumière qui la frappent sont réfléchis, ce qui provoque des brillances susceptibles de nuire à la qualité de l'image. Mais les rayons réfléchis sont polarisés, c'est-à-dire qu'ils ne se propagent plus que dans un seul plan. L'action du filtre polarisant consiste à couper plus ou moins cette lumière polarisée suivant la rotation qu'on imprime au filtre. Si l'effet du polarisant est maximal, toutes les brillances dues à la lumière tombante seront supprimées, rendant ainsi à l'eau sa belle couleur naturelle, c'est-à-dire la couleur verte. La suppression des brillances a aussi pour effet de rétablir dans les zones peu profondes une transparence parfaite et par conséquent de permettre de photographier des éléments (coquillages, poissons, pierres, etc.) situés à faible profondeur.

● Notez qu'il n'y a pas de lumière polarisée et que l'action du filtre du polarisant est nulle si la lumière est très diffuse - si le ciel est gris - ou si vous photographiez en situation de contre-jour franc.


Quelle vitesse d'obturation doit-on adopter pour photographier les reflets dans l'eau ?
● Il est rare que l'eau soit parfaitement tranquille. La reproduction des reflets, très souvent plus ou moins déformés par le mouvement de l'eau, exige donc une vitesse d'obturation adéquate. La forme et la couleur des arabesques dessinées par les reflets ne sont pas les mêmes à faible ou à grande vitesse. Il semble toutefois qu'il ne faille pas opérer à une vitesse plus lente que le 1/125, sous peine de flou de bougé dû au sujet. Le 1/250 pourrait être la vitesse idéale.


Comment photographie-t-on l'eau en mouvement ?
● Le point central de la photographie de l'eau vive est le choix de la vitesse d'obturation. Il n'y a pas de vitesse optimale ; tout dépend de l'idée que l'on se fait et que l'on entend exprimer.

● Le 1/125 s définit assez nettement le cours d'eau, tout en y maintenant un léger filé pour les parties les plus rapides. Des éclaboussures seront fixées sur les côtés du torrent, alors que son centre, en filé, véhicule le plus rapidement la majeure partie de l'eau.

● Une vitesse de 1/15 ou 1/30 s traduit bien le mouvement de l'eau. Le filé, pas le flou bien entendu, qui se dessine sur la photo restitue la vie d'un cours d'eau, d'un jet d'arrosage ou la chute d'une cascade. Il est toujours possible de varier ces vitesses pour diminuer ou amplifier l'impression de mouvement. N'oubliez pas d'utiliser un pied pour les vitesses lentes.

● La vitesse de 1/1000 s peut généralement immobiliser le mouvement d'une masse d'eau.

● Pour figer une goutte d'eau à la sortie d'un robinet ou au rebond à la surface d'un plan d'eau, on doit avoir recours au flash électronique. L'éclair du flash peut être très bref, de l'ordre de 1/30000 à 1/50000 s.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Le plaisir des disputes, c'est de faire la paix (Alfred de Musset).
Il y a des gens qui n'auraient jamais été amoureux, s'ils n'avaient jamais entendu parler de l'amour (La Rochefoucauld).
 
Les princes qui ont remporté le plus de victoires sont ceux contre qui personne n'a jamais osé faire la guerre (proverbe chinois).
À mal enfourner on fait les pains cornus (proverbe français).