À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Les sports

Les sports


Quel est le matériel dont l'amateur a besoin pour photographier les sports ?
● L'équipement idéal peut varier énormément selon la discipline sportive photographiée. Les conseils concernant le matériel ne peuvent donc être que d'ordre général.

● Les appareils compacts sont souvent utiles. Mais comme la plupart d'entre eux n'ont qu'une courte focale et qu'avec eux on ne peut pas choisir les temps de pose qu'on veut, ils peuvent présenter des handicaps dans certaines circonstances.

● Le reflex 24x36 affirme encore ici sa suprématie puisqu'il sait offrir à la fois une bonne autonomie, un poids acceptable, une souplesse d'utilisation et une modularité appréciables.

● Côté optiques, le choix dépendra du style d'images espéré, de la discipline photographiée et aussi des possibilités d'accès. En général, grâce à leur focale élevée, les téléobjectifs permettent de cadrer plus serré, donc de voir le sujet plus gros sans devoir changer de point de vue. Le téléobjectif est, bien sûr, l'objectif favori du photographe sportif car il permet de pénétrer au coeur de l'action sans avoir à trop s'approcher. Une focale de 150 à 180 mm apporte d'appréciables services. Mieux encore, l'emploi de zooms rendra votre reportage plus varié, alternant plans généraux et gros plans. Toutefois, aux focales dépassant 200 mm, il est recommandé de travailler avec un pied ou tout au moins de bénéficier d'un appui solide.

● Il existe évidemment des cas où d'autres focales conviennent très bien. Une compétition de canoë-kayak, par exemple, peut fort bien être traité avec un simple 50 mm si on a eu le courage de se mouiller un peu les pieds et de s'installer sur un rocher bien placé. L'utilisation d'un grand angle permet de bénéficier d'une très grande profondeur de champ et de montrer le sportif dans son environnement, conduisant ainsi le lecteur de l'image à mieux situer l'action.


Doit-on privilégier la vitesse ou l'ouverture ?
● Si le sujet n'est pas excessivement rapide, diminuez d'abord la vitesse d'obturation jusqu'au seuil tolérable, c'est-à-dire le seuil qui permette encore de photographier sans risque de flou de bougé - vitesse d'obturation et focale sont étroitement liées : pour une focale de 200 mm, par exemple, il faut adopter une vitesse minimale de 1/250 s pour éviter tout bougé. Une fois cette valeur atteinte, n'hésitez pas à ouvrir davantage le diaphragme, quitte à descendre à pleine ouverture.


Comment maîtrise-t-on le mouvement ?
● Le sport implique bien souvent le mouvement. Le photographe doit alors faire un choix : ou immobiliser ce mouvement, ou en profiter.

● Il existe plusieurs façons de stopper le mouvement. Avec les appareils actuels, il est relativement facile de travailler au 1/1000 ou 1/2000 s et de saisir ainsi le mouvement. Bien entendu, le choix de la vitesse d'obturation n'est pas des plus simples car, outre les problèmes de lumière, il faut tenir compte de la vitesse de déplacement du sujet, de l'angle de prise de vue et de la focale utilisée. Il est évident que si vous photographiez presque de face et avec un 50 mm l'arrivée d'un groupe de coureurs, votre seul problème sera de déclencher au bon moment, la vitesse d'obturation ne posant pratiquement pas de problème. En revanche, si vous photographiez la même scène de côté et si vous souhaitez immobiliser un coureur dans son effort, vous devrez choisir un temps de pose en rapport avec la vitesse du sujet.

● Le choix de l'emplacement revêt une importance primordiale dans l'arrêt du mouvement. Ce sera, par exemple, dans un virage pour une course automobile, et à proximité de rapides dans une descente de rivière en canoë.

● Très souvent aussi, on a affaire à des mouvements à vitesse variable - sauts en hauteur ou à la perche, plongeons, etc. -, qu'il est possible de saisir dans leur phase la plus lente, c'est-à-dire au moment du léger temps d'arrêt qui sépare la phase ascendante de la phase descendante du mouvement. Une vitesse d'obturation de l'ordre de 1/125 s ou même de 1/60 s est alors suffisante.

● L'obtention d'une image parfaitement nette d'un sujet en mouvement rapide exige en général l'emploi de vitesses d'obturation particulièrement courtes. Mais cette perfection est loin d'être toujours recherchée. La technique du panoramique permet, la plupart du temps, de se tirer d'affaire à des petites vitesses. Panoramiquer consiste à ne pas laisser l'appareil statique, mais à le déplacer de façon à suivre le sujet pendant l'obturation. Bien maîtrisée, cette technique donne également accès à des images nouvelles, présentant un sujet parfaitement net sur un fond filé. En pareil cas, on choisit un temps de pose très lent - 1/15 s en général -, on suit le sujet dans le viseur et on déclenche quand le cadrage paraît bon. Si vous opérez en extérieur et si le sujet est relativement proche de vous, il vous est possible de mettre toutes les chances de votre côté en travaillant au flash. Il faut alors imposer à l'appareil un temps de pose assez long et choisir une valeur de diaphragme permettant d'harmoniser éclairage ambiant et éclair de flash. La rapidité de l'éclair vous aidera à obtenir un sujet parfaitement net, alors que le fond, situé au-delà de la portée de l'éclair, paraîtra complètement flou.


Avez-vous d'autres conseils concernant la prise de vues ?
● Préréglez votre appareil dans le cas où le mobile se déplace dans des conditions identiques - circuit automobile par exemple : Dans le cas de sport d'équipe, le réglage dépendra du genre de photos : gros plan ou plan d'ensemble.

● L'angle de prise de vues doit être fonction du sport pratiqué et de l'effet désiré. On choisira un angle assez bas (contre-plongée) pour le saut en hauteur ou à la perche, le cheval d'arçon, les plongeons, etc. Mais on adoptera un point de vue relativement élevé pour les sports d'équipes - football, rugby, etc. - de même que pour le tennis et la natation.

● Sélectionnez un point de vue rapproché du centre de l'action : par exemple, près des buts pour un match de football ou près d'un obstacle pour une course de chevaux. Ne tentez pas de suivre l'action en tournant en permanence, mais attendez qu'elle se rapproche de vous et tenez-vous prêt à actionner le déclencheur, l'exposition et la mise au point ayant été réglées à l'avance.

● Le fond doit être aussi sobre et neutre que possible, de façon à ne pas distraire l'attention. Le ciel ou le gazon du terrain de sport constituent, selon l'angle de prise de vues adopté, le meilleur choix.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

On est quelquefois sot avec de l'esprit, mais on ne l'est jamais avec du jugement (La Rochefoucauld).
L'amant sans fortune peut être aimable, mais il ne peut être heureux (Florian).
 
L'imbécile dort toute sa vie ; il ne s'éveillera que le jour de sa mort (proverbe chinois).
L'aiguille habille tout le monde et demeure elle-même nue (proverbe persan).