À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Question n°49 : Les prénoms abrégés ou diminutifs

Question : Je voudrais savoir quelle est l'impact sur le portrait caractériologique et autres d'une personne qui se fait appeler JP pour Jean-Pierre.
Réponse :

● Les prénoms abrégés ou diminutifs ont pratiquement la même valeur caractériologique que les prénoms dont ils sont issus, à condition qu'il s'agisse de cas isolés. Ainsi, entre "JP" et "Jean Pierre", "Solo" et "Solange", "Kari" et "Karidjatou", "Phili" et "Philippe", la situation reste la même.

● Par contre, les prénoms abrégés ou diminutifs qui sont généralisés et sont devenus de véritables prénoms peuvent avoir des implications différentes de celles des prénoms qui leur ont donné naissance. Il peut en être ainsi entre "Sandra" et "Alessandra", "Alex" et "Alexandre", "Bill" et "William", "Bob" et "Robert", "Bastien" et "Sébastien", "Fina" et "Seraphina", "Suzy" et "Suzanne".

● D'autre part, les surnoms et sobriquets, utilisés à la place des prénoms officiels, sont considérés comme de vrais prénoms ; mais ils n'ont que la valeur de seconds prénoms (valeur moins importante). Par exemple, si une personne, dont le prénom officiel est "Anselme", se fait appeler "Coucou", on peut considérer qu'elle porte le prénom composé "Anselme-Coucou".

< Retour

Suggestion d'articles pour vous :

< Précédent Suivant >

Chacun de nous est un gouffre; on a la tête qui tourne quand on regarde au fond (Georg Büchner).
L'amour est un caravansérail : on n'y trouve que ce qu'on y apporte (proverbe persan).
 
D'un âne qui ne veut pas boire on ne peut abaisser la tête (proverbe chinois).
Il vaut mieux aller chez le boulanger que chez le pharmacien (proverbe néerlandais).