À propos de l'éditeur
Vos questions

Question n°49 : Les prénoms abrégés ou diminutifs

Question : Je voudrais savoir quelle est l'impact sur le portrait caractériologique et autres d'une personne qui se fait appeler JP pour Jean-Pierre.
Réponse :

● Les prénoms abrégés ou diminutifs ont pratiquement la même valeur caractériologique que les prénoms dont ils sont issus, à condition qu'il s'agisse de cas isolés. Ainsi, entre "JP" et "Jean Pierre", "Solo" et "Solange", "Kari" et "Karidjatou", "Phili" et "Philippe", la situation reste la même.

● Par contre, les prénoms abrégés ou diminutifs qui sont généralisés et sont devenus de véritables prénoms peuvent avoir des implications différentes de celles des prénoms qui leur ont donné naissance. Il peut en être ainsi entre "Sandra" et "Alessandra", "Alex" et "Alexandre", "Bill" et "William", "Bob" et "Robert", "Bastien" et "Sébastien", "Fina" et "Seraphina", "Suzy" et "Suzanne".

● D'autre part, les surnoms et sobriquets, utilisés à la place des prénoms officiels, sont considérés comme de vrais prénoms ; mais ils n'ont que la valeur de seconds prénoms (valeur moins importante). Par exemple, si une personne, dont le prénom officiel est "Anselme", se fait appeler "Coucou", on peut considérer qu'elle porte le prénom composé "Anselme-Coucou".

Tous les malheurs du monde proviennent d'une erreur, celle de confondre la fin avec les moyens (Van Minh).
Doutez, si vous voulez, de celui qui vous aime, D'une femme ou d'un chien, mais non de l'amour même (A. de Musset).
Voyance AsiaFlash
Conditions d'utilisation et tarifs
Toute l'activité humaine tient en deux mots : travail et économie (proverbe chinois).
Instruire un imbécile, autant soigner un mort (proverbe russe).