logo AsiaFlash.com Photo de Nguyen Ngoc-Rao
Logo département Cuisine chinoise et asiatique
Pousse de soja (haricot mungo)

Chou à l'aigre-doux

Chou à l'aigre-doux

- 600 g de chou blanc
- 1 poivron vert
- 1 poivron rouge
- 1 piment frais
- 1/2 cuillerée à café de sel
- 2 cuillerées à café de sucre
- 2 cuillerées à soupe de vinaigre de cidre (ou de vin)
- 1 cuillerée à soupe de sauce de soja
- 1 cuillerée à soupe de porto blanc (ou eau-de-vie blanche)
- 12 gouttes d'huile de sésame aromatique
- 5 cuillerées à soupe d'huile dolive (ou d'arachide)

Chou à l'aigre-doux : Méthode

1. Découpez le chou en larges lamelles. Enlevez les côtes trop dures.
2. Videz les poivrons puis découpez-les en fines lamelles. Videz le piment et découpez-le en fins filaments.
3. Mélangez dans un bol tous les assaisonnements (sauf le sel).
4. Faites chauffer à feu vif 2 cuillerées à soupe d'huile d'olive dans une poêle jusqu'à dégagement d'une buée. Ajoutez le sel puis les poivrons et le piment. Faites sauter 1 minute en remuant sans arrêt avec une spatule puis enlevez et laissez en attente.
5. Versez le reste de l'huile d'olive dans la poêle et faites sauter le chou 2 minutes, toujours sur feu vif et en remuant continuellement.
6. Remettez ensuite les poivrons et le piment et ajoutez les assaisonnements. Réglez à feu modéré. Retournez constamment les ingrédients pendant 2 minutes puis retirez du feu. Servez chaud ou, préférablement, froid.

Chou à l'aigre-doux : Remarques

1. Il faut se garder de laisser les poivrons sautés en attente plus de 2 minutes. Ayez donc tous les ingrédients à portée de la main avant d'allumer le feu.
2. Vous pouvez, si vous le désirez, ajouter au bol de mélange 1 cuillerée à soupe de fécule et 3 cuillerées à soupe de bouillon de légumes (ou d'eau).
3. Le goût sucré et aigre doit être assez prononcé. C'est un goût typiquement chinois.
4. On peut remplacer le chou par 1 romaine de bonne taille.


< Précédent Suivant >


Citations

Le monde tout entier aspire à la liberté, et pourtant chaque créature est amoureuse de ses chaînes. Tel est le premier paradoxe et le nœud inextricable de notre nature (Aurobindo).
Les femmes s'attachent aux hommes par les faveurs qu'elles leur accordent ; les hommes guérissent par ces mêmes faveurs (La Bruyère).
Sur cent projets d'un riche, il y en a quatre-vingt-dix-neuf pour le devenir davantage (proverbe chinois).
La mort ne consulte aucun calendrier (proverbe anglais).