À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

L'apport incontestable des soeurs Fox

L'apport incontestable des soeurs Fox

● Vers 1848 à Hydesville, une bourgade de l'état de New York, une famille du nom de Fox - composée des parents et de deux filles demeurant au foyer, Margaret, 14 ans, et Kate, 11 ans - vivait dans une demeure de cette petite ville. Des coups y retentissent régulièrement, mais les Fox sont incapables d'en découvrir l'origine malgré des fouilles répétées. En 1848, les bruits s'intensifient, au point que les locataires ne parviennent plus à trouver le sommeil. Dans la nuit du 31 mars, Kate, par défi, demande au trouble-fête de répondre à ses questions. A la surprise générale, "l'esprit" - car personne ne croit déjà plus qu'il s'agit d'un plaisantin humain - répond par une série de coups.

● Le bruit fait autour de cette étrange affaire détermine très vite un véritable engouement : nombreux sont ceux qui croient avoir trouvé le moyen de communiquer avec les morts. Le 14 novembre 1849 se tient à Rochester, autour des deux jeunes Fox, la première réunion des adeptes du "spiritisme" - comme l'on dit alors. Un comité d'études est fondé afin d'examiner les manifestations relevant de cette discipline.

● Par la suite, Kate et Margaret, accompagnées de leur mère, font des tournées dans tous les Etats-Unis, et jusqu'en Angleterre : à chaque fois, leur prestation connaît un immense succès. Elles n'attendent plus désormais que le hasard les mette en communication avec les morts, mais elles suscitent la manifestation de ceux-ci, en concentrant leur capacité d'attention sur des tables rondes qui se mettent à se mouvoir lorsque le défunt veut intervenir. La mode des tables tournantes naît alors. Mais la presse, dans son ensemble, continue à vilipender les deux soeurs, et les Églises se montrent totalement opposées aux pratiques qu'elles préconisent.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Chacun se dit ami; mais fou qui s'y repose:
Qui ignore l'amour, vit au milieu des fauves, Mais qui a mal aimé, effarouche les fauves (Lope de Vega).
 
Comment savoir si, mort, on ne rit pas de l'attachement à la vie ? (proverbe chinois).
La vérité peut pâlir, mais non point périr (proverbe italien).