À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Suite de la croyance

Suite de la croyance

● Cependant, au XIIe siècle, par l'intermédiaire de traductions latines de l'arabe, la nécromancie, élevée à la dignité de science, devient quasiment un savoir que l'on traite comme tel. Les expériences nigromantiques se retrouvent dans des traités de magie comme le Picatrix, le Liber sacratus ou le Liber vaccae qui circulent dès le XIIIe siècle et dont il est assuré qu'ils étaient lus avec attention dans les milieux lettrés, les cours royales, princières, et jusqu'à la Curie romaine. Au XIVe s siècle, de nombreux procès impliquant de hauts personnages ou des savants comme Cecco d'Ascoli (1327) témoignent de cette effervescence intellectuelle autour de la nigromancie.

● Au XVe siècle, le ton change. De l'idée de commerce avec les démons, on passe à celle de pacte avec le Diable, et on pense que les sorciers, et surtout les sorcières, constituent une secte dont l'objectif est de renverser l'ordre chrétien.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Les gens devraient penser moins à ce qu'ils devraient faire, et davantage à ce qu'ils devraient être (Maître Eckhart).
Il est plus difficile de bien faire l'amour que de bien faire la guerre (Ninon de Lenclos).
 
Bien cher se vend difficilement (proverbe chinois).
À celui que vous voulez embrasser , laissez la liberté de choisir (proverbe arabe).