À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com
Logo Photo

L'exposition sans posemètre

L'exposition sans posemètre


C'est bien joli de savoir quel IL donne quelle quantité de lumière. Mais comment fait-on pour savoir exactement quel IL convient à une image donnée si son appareil ne comporte pas de système de mesure ?
● Même si votre appareil est pourvu d'un posemètre (instrument de mesure de l'éclairement des objets à photographier), ne vous y fiez pas entièrement, pour des raisons que vous étudierons ultérieurement. Il est même conseillé de s'entraîner à reconnaître soi-même le degré d'éclairement de divers objets dans diverses circonstances, quitte à vérifier après ses estimations avec un bon posemètre.

● Pour photographier des scènes en extérieur, on peut régler l'exposition au jugé sans grand risque d'erreur si le sujet est éclairé assez uniformément. Cela est surtout vrai pour les films négatifs, dont la tolérance (capacité d'encaisser sans dégât les erreurs d'exposition) est assez grande ; les films pour diapositives, eux, n'ont qu'une tolérance d'un demi-cran (demi-IL). Pour plus de sécurité, réalisez des clichés supplémentaires à un demi-cran puis un cran au-dessus et au-dessous de la valeur initiale ; en jargon photographique, cette mesure de sécurité s'appelle bracketing.

● Choisissez un temps de pose qui soit le plus proche de la sensibilité ISO du film utilisé - par exemple, 1/125 pour un film de 100 ou 125 ISO, 1/250 pour un film de 200 ISO, et 1/500 pour un film de 400 ISO. Quant au diaphragme, il devrait être réglé comme suit :

  • soleil brillant sur neige ou sable sec : f/22

  • soleil brillant : f/16

  • soleil légèrement voilé : f/11

  • ciel brumeux : f/8

  • ciel nuageux : f/5,6

  • ciel très couvert ou ombre découverte : f/4

  • temps pluvieux : f/2,8


● Pour peaufiner ces indications générales, sachez que la lumière du soleil est moins forte pendant les deux heures suivant son lever et les deux heures précédant son coucher ; elle l'est également en hiver (octobre-mars) par rapport à la belle saison. Compensez cette faiblesse en surexposant de 1/3 à 1 IL.

● Remarquez par ailleurs que, quand la lumière solaire est intense, une légère sous-exposition pour les diapositives et une légère surexposition pour les films négatifs rendent les couleurs plus profondes et plus éclatantes.

● Sur les appareils les plus simples, les réglages de l'exposition se font suivant les signes météorologiques gravés sur l'objectif : soleil brillant sur eau, soleil brillant, soleil voilé, nuages, pluie. Vous pouvez vous y conformer passivement sans grand risque de surprise désagréable.

● En photographie d'intérieur, il est toujours hasardeux de régler l'exposition sans le concours d'un instrument de mesure, car notre oeil a une grande capacité de s'adapter à des faibles éclairages et par là risque fort de fausser notre jugement.

● Même si vous ne voulez faire confiance qu'au posemètre de votre appareil, référez-vous quand même de temps à autre à la liste des valeurs d'exposition au jugé donné plus haut. Constatez-vous une différence notable entre celles-ci et les indications dans le viseur ? Vous avez alors intérêt à vous assurer que votre posemètre est en bon état de fonctionnement et que l'affichage de la sensibilité du film utilisé est correct.


Ne pourrait-on pas apprendre à juger soi-même de la bonne valeur d'exposition en toutes circonstances ?
● Il est bon, il est même recommandé de s'entraîner le plus souvent possible à déterminer au jugé la bonne exposition. Avec l'habitude, vous serez en mesure de détecter toute anomalie importante dans le fonctionnement de votre appareil (défaillance de la cellule photosensible, affichage erroné de la sensibilité du film, etc.).

● Mais dans la plupart des cas, surtout en intérieur, nous devons avoir recours à un instrument de mesure de l'exposition, appelé posemètre. Celui-ci permet de choisir une bonne valeur d'exposition du sujet en fonction de la lumière disponible et de la sensibilité du film. Cela ne veut pas dire que le posemètre est plus intelligent que nous, bien au contraire. Mais il est utile, voire indispensable, parce qu'il perçoit objectivement, alors que notre vision est proprement subjective. Le posemètre enregistre la luminosité qui le frappe telle qu'elle se présente à lui. Notre oeil, en revanche, interprète ce qu'il voit et s'y adapte sans demander notre consentement - la même veilleuse nous paraît beaucoup plus claire au milieu de la nuit qu'en début de soirée. En d'autres termes, nous pouvons rarement nous fier à notre oeil, lequel est très souvent traître.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Qui n'a jamais quitté son pays est plein de préjugés (Carlo Goldoni).
L'amour voit les roses sans épines (proverbe allemand).
 
Le souverain avisé sait se servir des barbares contre les barbares (proverbe chinois).
Celui qui sait qu'il ne sait pas sait beaucoup (proverbe juif).