À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com
Lettres d'amour

Lettre d'amour : 57. Fou d'amour... pour toi ! (PM)

Je l'imagine assise, seule dans le coin d'une pièce, fixant la lettre que je viens de lui envoyer.

Je conçois dans ma tête des images que j'observe du coin de l'oeil à l'affût de la moindre de ses réactions.

Je la vois plonger son regard dans les lignes dessinées à l'encre de la machine. Un bouquet de mots au parfum enivrant, pour décrire ce monde merveilleux auquel je tiens tant.

Je désire profondément être l'architecte de son coeur, construire avec elle une relation d'amour indestructible, déboulonner l'univers pour lui cueillir une à une les étoiles, visser le soleil pour qu'il la flatte à jamais, dépoussiérer les nuages de ses craintes, donner à sa vie les couleurs de l'arc-en-ciel. La lune n'a qu'à bien se tenir, elle sera sienne si elle le désire.

Une exquise existence, existant enlacée dans le temps. Un espace vide où je me tiens immobile, comme un tigre à l'affût de sa proie.

Je la vois devant moi, en émoi depuis des mois que je suis, quand je lui envoie mille baisers. Je la prends dans mes bras pour lui dire un, je t'aime, je la serre contre mon coeur pour la protéger. Je vole au secours de son âme venue à ma rencontre.

D'un geste et d'une parole, d'un souffle, je pénètre ses pensées. Je ressens dans mon fort intérieur l'agitation de son corps, une vague qui divague sur l'océan de mes émotions. Les siennes venant se mélanger aux miennes dans une valse infernale, je surfe sur les crêtes majestueuses d'écumes blanches de ses peurs.

Tel un funambule, j'avance à petit pas. Je dompte le vide de son avenir afin de le rendre radieux. Lui donner l'éclat d'un printemps, qu'il soit la plus belle des fleurs pollinisant mon coeur d'une douceur infinie.

Bien avant de voir son corps, j'ai regardé sa façon d'être, de marcher, de s'exprimer. Bien avant de voir ses fesses se déhancher dans une danse enivrante de désirs charnels ; ses seins se dresser, hypnotisant mon regard à la vue de tant de beauté ; ses courbes se dessiner dans le bleu du ciel, sa chevelure baignant dans les rayons du soleil. J'ai vu dans sa poitrine un coeur plein de générosité et de compassion.

Bien avant de lui claquer la bise, j'ai ressenti sa façon d'embrasser, d'aimer. Bien avant de voir sa silhouette sensuelle, le moule parfait où planter ma semence, j'ai senti qu'elle était celle que mon coeur faisait vibrer. De part son allure et ses paroles, je l'ai sentie Femme pour bâtir avec moi une relation au-delà de l'entendement.

< Précédent

Suggestion d'articles pour vous :

Le bonheur n'est rien d'autre que l'amour ; seul l'amour est bonheur (Adalbert von Chamisso).
Ayez vos yeux bien ouverts avant de vous marier, et mi-clos quand vous serez mariés (B. Franklin).
 
Les quatre saisons sont les ministres du Ciel ; le soleil et la lune, ses envoyés (proverbe chinois).
Sois maître de qui ne t'aime pas et esclave de qui t'aime (proverbe turc).