À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com
Histoires d'amour

2. J'attendrai (anonyme)

J'ai rencontré un homme qui était indien. Moi, complètement indifférente, je ne lui trouvais rien de spécial. Il me parlait moitié français moitié anglais, je ne comprenais rien de ce qu'il me disait. Un soir après mon travail, il m'a demandé de lui donner un lif, qui se trouvait sur mon trajet.

Il me parlait sans arrêt. Encore là je ne comprenais pas la moitié des mots qu'il disait. Une fois rendu devant sa porte, il me dit : tu me donnes un baiser ? Je lui ai tendu la joue, j'ai senti quelque chose de bizarre : une chaleur ! Et tout à coup je comprenais tout ce qu'il me disait.

Nous avons parlé près de 2 heures dans la voiture. Là je lui ai dit qu'il fallait que je quitte car le lendemain je travaillais. Il m'a dit OK, m'a demandé un autre baiser. Je l'ai embrassé sur la bouche. Wow ! L'effet était si fort que tous les deux nous avons tremblé. On se regarde, on se dit la même chose : jamais cela ne m'est arrivé avant.

Cela fait 2 ans et notre contact du regard et du toucher est toujours le même. Le plus triste dans tout cela c'est que je ne peux pas me marier avec lui. Selon leur coutume il faut que je soit indienne ! Je sais que nous sommes faits l'un pour l'autre car nos sentiments sont très forts. Je l'aime très très fort. Un jour peut- être que les coutumes vont changer, et là nous ne ferons qu'un, moi et lui.

Tendre amour qui a fait chavirer mon coeur ! Je serais prête à attendre le temps qu'il faut...

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

La grandeur de l'homme est grande en ce qu'il se connaît misérable. Un arbre ne se connaît pas misérable (Pascal).
Les femmes s'attachent aux hommes par les faveurs qu'elles leur accordent ; les hommes guérissent par ces mêmes faveurs (La Bruyère).
 
Ne brise pas une porte en fer pour t'emparer d'un gâteau de son (proverbe chinois).
N'appelle pas tout le village pour faire tourner ton moulin à huile (proverbe indien).