À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Pratiques superstitieuses attribuées au Feng Shui (1/5)

Dans cette section, j'énumère quelques pratiques qui ne découlent nullement du Feng Shui authentique mais de superstitions, de légendes et de croyances populaires. Il s'agit du Feng Shui folklorique, peut-être intéressant à savoir mais certainement inutile à la qualité de vie qu'on recherche.

● Mettez un miroir à côté ou loin en face de la caisse enregistreuse, et vous augmenterez substantiellement votre chiffre d'affaires.

C'est l'idée de la réflexion du miroir qui est en jeu ici. Pourtant, il ne s'agit pas de réfléchir le Chi, mais les sous ! Quelle méprise ! On pourrait se demander comment les sous sont contraints par un simple miroir de sortir de la poche d'un passant, ou de venir d'un coffre de banque, pour s'engouffrer dans votre caisse !

● Un carillon à six bâtonnets attirent les mentors et les personnes influentes dans votre vie.

On pourrait se demander comment les mentors et les personnes influentes sont contraints par un simple carillon de venir vous offrir leur concours ! A-t-il peut-être un couteau pour mettre sous la gorge de ces gens, ou des menottes pour mettre à leurs poignets ?

● Un carillon à six bâtonnets favorise la chance du patriarche de la famille.

Même genre de commentaires que ci-dessus.

● Si un bibelot représentant une grenouille à trois pattes est placé dans votre salon, votre chance de fortune sera augmentée au centuple.

La grenouille est réputée être la "tante" de l'Empereur de Jade (voir plus haut). Celui-ci lui doit obéissance en matière d'eau, qui est un des symboles chinois de l'abondance, de la richesse. De là à considérer la grenouille comme un porte-bonheur fantastique - infiniment plus fantastique que le muguet en Occident -, il n'y a bien sûr qu'un pas ! Mais c'est le pas que le vrai Feng Shui refuse de franchir !

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Au ciel tout est plaisir, en enfer tout est peine; le monde est mitoyen à l'un et à l'autre (Baltasar Gracian).
Celui qui aime sa femme s'aime lui-même (saint Paul).
 
L'esprit est comme un miroir : il faut sans cesse le laver, l'essuyer, le frotter afin qu'il reste sans poussière (proverbe chinois).
Celui qui n'ose pas ne doit pas se plaindre de sa malchance (proverbe indien).