À propos de l'éditeur
Astro-Amour titre
Poèmes d'amour

31. Fantasme (Jean-Marie)

Chérie, te souviens-tu
De ce fantasme ému
Qui de nous s'empara
Certain soir de frimas ;
Nous étions fort épris
Et l'on appréciait
Cette complicité
Nous poussant à autrui.

Notre imagination
Semblait exacerber
Cette situation
Dans laquelle on était.
De dentelle vêtue
Tu m'étais apparue
Et devant ta beauté
Mon souffle en fut coupé.

Sans leur soutien, tes seins
M'apparurent enfin.
« Un soupir de plaisir
Je n'ai pu retenir ».
D'une chaleur soudaine
Mon corps fut envahi
Et j'ai eu de la peine
À étouffer un cri.

Admirant ta souplesse,
Nos deux corps s'approchèrent,
Puis mes mains s'exprimèrent
Sur ta peau de Déesse
Et, partout produisant
Sous forme d'arabesques
Un pizzicato lent
Sur ton corps de Mauresque.

Le bonheur était d'or
Devant tous ces trésors.
Puis ce fut le trou noir ;
A mon grand désespoir,
Je me sentis tout seul,
De toi abandonné
Comme dans un linceul
Et pour l'éternité.

Ta douce voix d'un coup,
Me fit réaliser
Que de ce plaisir fou
Je n'avais que rêvé,
Et, pour me pardonner
De ce rêve insensé
Tes chastes lèvres ourlées
M'adressèrent un baiser.

JMR le 24/01/07

< Précédent Suivant >

Le style est l'homme même (Buffon).
L'amour est borgne, la haine est aveugle (proverbe allemand).
Voyance AsiaFlash par Audiotel
Conditions d'utilisation
À quoi sert d'avoir la crainte du Ciel pour boussole, si la conscience ne tient pas le gouvernail ? (proverbe chinois).
Le moineau dans la main vaut mieux que la grue qui vole (proverbe français).