À propos de l'éditeur
Astro-Amour titre
Lettres d'amour

35. La seule femme sur terre (Serge)

Nathalie,

Seize ans déjà. C'est si lointain, et pourtant si proche.

Je me revois, tremblant, me demandant si tu allais accepter mon invitation. Je me revois, tout aussi fébrile, prenant ta main, inquiet à l'idée que tu la retires.

Et ce premier baiser au bas de ton immeuble, si plein de désir. Notre vouvoiement. Nos petits sourires complices, au travail, alors que personne ne savait pour nous deux. Mon impatience à aller te retrouver le soir. Nos premiers week-ends à se découvrir. Notre installation ensemble. L'avenir qui se profilait, radieux. . L'achat de notre maison, notre nid d'amour. L'annonce que tu étais enceinte de ce bébé qu'on désirait tant tous les deux. Les trois naissances qui ont suivi. Ta souffrance à chaque fois pour m'offrir la plus belle chose au monde.

Je revois tous ces moments de bonheur. Je repense à tous ces baisers, tous ces câlins, tous ces gestes de tendresse ou d'amour. Je te revois, si belle, si douce, si brillante dans la grisaille de la vie. Si fantasque, si peu conventionnelle.

Et je pleure. Je pleure de n'avoir pas su garder la petite flamme en toi. De ne pas t'avoir montré davantage que je t'aimais plus que tout au monde. Que puis-je faire, Nathalie, pour te retrouver ?

< Précédent Suivant >

Je porte tous mes biens avec moi (Bias).
Un nouvel amour en remplace un ancien comme un clou chasse l'autre (Cicéron).
Voyance AsiaFlash
Conditions d'utilisation et tarifs
L'homme pressé regarde les fleurs du haut de son cheval (proverbe chinois).
Une conscience coupable est un ennemi vivant (proverbe indien).