À propos de l'éditeur
Astro-Amour titre
Lettres d'amour

27. Je te demande juste de lire cette lettre (Anonyme)

Chère Ziko, je te demande juste de lire cette lettre avant de la jeter à l'oubli. Je sais que je n'étais pas parfait et que je n'étais pas la personne que tu voulais avoir dans ta vie, ce qui s'est passé entre nous m'a fait comprendre combien je t'avais fait du mal, loin de là; que ce que je t'ai fait était mon intention.

Je me souviens très bien du jour où tu m'as posé une question "pourquoi tu m'as choisie, est-ce que je te plaise", je t'avais répondu que je t'ai choisie car ta mère était quelqu'un de bien et si quelqu'un voulait se marier il fallait qu'il choisit la mère de la femme avant la femme, tu as pleuré ce jour là et c'était la première fois que je t'ai entendue pleurer.

Le temps que j'ai passé avec toi fait partie des meilleurs moments de ma vie et le jour ou t'étais donnée à moi c'était le paradis pour moi car j'ai compris à ce moment-là combien tu comptais pour moi et combien je t'aimais, je sais que je n'ai jamais su te prouver mon amour, ma passion, mon désir de t'avoir à mes côtés et le plaisir d'entendre ta voix.

J'avais espéré faire ma vie à tes côtés, me réveiller le matin et te préparer le petit déjeuner, posé une fleur parfumée de poésie sur ton coussin avant de partir travailler, préparer le dîner quand tu es malade, me disputer avec toi sur le nom qu'on donne à notre enfant, passer des vacances d'automne et de printemps sous tes bras, te faire du massage à tes pieds après une journée de fatigue, passer des nuits éveillé quand tu es malade, t'acheter des strings pour tes jours d'anniversaire. Des rêves, dans je donnerais tout ce que j'ai pour les réaliser.

Les jours et les nuits passent et je ne cesse de penser à toi, ton parfum, ton odeur, ta peau, tes cheveux, ton sourire, ton tempérament, tout ce que j'ai connu en toi me manque même le thé que tu préparais, je ne le buvais que parce qu'il était fait de tes mains, ces mains qui ont caressé mon corps et soulagé mon coeur.

Aujourd'hui j'ai compris combien tu es importante à mon existence, combien je ne peux plus me passer de toi. Mais hélas tu as décidé que je ne fais plus partie de ta vie, que je n'étais qu'une erreur pour toi.

Tu es ma moitié et ma vie ne sera pas complète sans toi. Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai pour toujours.

Pardonne-moi, l'homme qui t'aime à jamais.

< Précédent Suivant >

Quiconque craint de se repentir ne tire aucun fruit de ses erreurs (Chateaubriand).
La constance est la chimère de l'amour (Vauvenargues).
Chat-Voyance : Nos voyants répondent en direct sur votre écran !
Conditions d'utilisation
À administration tracassière, peuple malheureux (proverbe chinois).
La beauté est pire que le vin : elle enivre et le possesseur et le spectateur (proverbe américain).