À propos de l'éditeur
Cuisine chinoise et asiatique titre
La cuisine chinoise comme diététique

Un aliment protéique

Un aliment protéique

● Le soja a une teneur exceptionnellement élevée en protéines (38 %) et vitamines. Il peut, par conséquent, remplacer indifféremment des denrées alimentaires d'origine animale telles que viande, poisson, oeufs et produits laitiers. Les Asiatiques, en effet, ont toujours utilisé le soja comme leur principale source de protéines pour pallier l'insuffisance chronique de leur élevage, ce qui a donné à ces graines leur juste titre de viande végétale. Comme la production du soja coûte beaucoup moins cher que celle du bétail, les experts le prennent comme leur cheval de bataille dans la lutte contre la sous-alimentation dans le tiers monde. La surface mondiale de la culture du soja a, en effet, augmenté de plusieurs millions d'hectares en quelques années.

● En Extrême-Orient, on utilise le soja sous les formes les plus diverses - comme légumes, lait, fromage, pâtes, pâtisseries, sauces, etc. De sorte qu'un repas sans la présence du soja sous une quelconque forme serait presque inconcevable.

● On peut faire des repas avec rien d'autre que des ingrédients à base de soja. Cela n'est pas inhabituel en Extrême-Orient. Dans des banquets à caractère bouddhique, donc strictement végétarien, on trouve souvent même des plats préparés uniquement avec du soja mais qui ont l'aspect et, dans une certaine mesure, le goût du steak grillé, du poulet rôti, du canard laqué, des omelettes ou des langoustes au four. Les recettes de ces préparations sophistiquées, appelées "Viandes sans os", ne sont évidemment pas données sur ce site qui se veut être à la portée de la simple maîtresse de maison française.


Quand on te loue, n'oublie pas de te juger toi-même (Denys Caton).
Quand on aime, ventre affamé n'a pas faim (Plaute).
Voyance AsiaFlash
Conditions d'utilisation et tarifs
Sur cent projets d'un riche, il y en a quatre-vingt-dix-neuf pour le devenir davantage (proverbe chinois).
Le diable n'apparaît qu'à celui qui le craint (proverbe arabe).