À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com
Logo Photo

Le flash créatif

Le flash créatif


Vous avez parlé de la possibilité de colorer une partie de l'image éclairée au flash. Peut-on colorer une scène entière en l'exposant au flash ?
● Sûrement. Vous n'avez qu'à fixer sur le réflecteur du flash une gélatine d'une couleur quelconque et toute la scène prendra cette couleur à condition, bien entendu, que la scène entière soit éclairée au flash. Cela est tellement évident que beaucoup d'amateurs l'oublient. La prochaine fois que vous photographierez votre fille en train de souffler sur les bougies plantées dans son gâteau d'anniversaire, n'oubliez pas de placer une gélatine jaune orangé sur le réflecteur de votre flash : l'image sera plus chaude et plus intime. Bien sûr, vous pouvez obtenir la même ambiance chaude sans faire appel au flash, en utilisant un film lumière du jour et sous éclairage incandescent. Mais comme la lumière ambiante sera faible dans ce cas, vous serez vraisemblablement obligé d'opérer à une vitesse très lente et par là courir le risque de flou de bougé dû au mouvement de l'appareil comme à celui de votre fille.

● Certains modèles de flash sont livrés avec des filtres colorés pour effets spéciaux. Pensez à vous en servir de temps en temps pour sortir de l'ordinaire.


Peut-on conserver l'ambiance chaude d'une scène sans le concours d'une gélatine et tout en utilisant le flash ?
● Oui, et il vaut mieux procéder ainsi. La difficulté est de savoir doser l'éclair du flash. L'emploi d'une gélatine jaune orangé n'est qu'un pis-aller lorsque l'éclairage se fait entièrement au flash et entraîne la suppression totale de la lumière ambiante chaude.

● La lumière artificielle (éclairage tungstène, bougies, etc.) ne fait pas que donner une ambiance chaude ; elle tend aussi à rendre le sujet tout rouge et sans détails. Un éclair de flash judicieusement dosé peut restituer fidèlement les couleurs et rétablit les nuances du sujet sans pour autant détruire l'atmosphère. Nous retrouvons ici le principe et la technique du fill-in au flash - deux expositions concomitantes, avec l'éclair de flash à demi-puissance- avec cette nuance, toutefois, que les deux lumières se superposent entièrement.

● En pratique, cette technique ne se fait guère qu'avec des sujets immobiles car, étant donné la faiblesse de l'éclairage ambiant, on se verra obligé de travailler à une grande ouverture (peu de profondeur de champ) et/ou avec un long temps de pose (risque de bougé, d'où la nécessité de fixer l'appareil sur un pied).


Vous avez mentionné la possibilité de traduire le mouvement d'un sujet à l'aide d'un éclair de flash et un temps de pose long. Qu'en est-il exactement ?
● Il s'agit d'une technique assimilable au fill-in au flash en ce sens qu'il faut réaliser deux expositions concomitantes.

● L'éclair va figer une image nette du sujet en une fraction de seconde. Le reste du temps de pose long permettra l'exposition en lumière ambiante, dont le résultat sera une image floue ou filée entourant ou suivant l'image nette.

● Si le sujet se déplace, on a intérêt à poser l'appareil sur un pied stable pour les poses inférieurs à 1/60 afin de ne pas exagérer le flou ou le filé jusqu'à rendre l'image illisible. Mais si le sujet est plus ou moins statique, on travaillera à main levée et, si la vitesse n'est pas assez faible, bougera légèrement l'appareil durant la pose afin d'obtenir le même effet de bougé ou de filé.

● Opérant de cette façon, on ne figera qu'une attitude du sujet prise au hasard par le flash. Mais si l'on veut figer son attitude la plus intéressante, il faut que l'éclair parte précisément à cet instant-là. Pour cela, détachez le flash de l'appareil, tenez-le dans la main, réglez-le pour l'utilisation en mode manuel, et appuyez sur le bouton de déclenchement à l'instant opportun au cours de la pose. Cette technique de déclenchement manuel de l'éclair est nommée open flash.


Comment fait-on pour fixer, non plus une attitude, mais plusieurs attitudes successives d'un même mouvement ?
● Il s'agit là d'une pratique appelée strobophotographie. L'exposition se fera entièrement au flash, avec la luminosité ambiante très faible et négligeable. Il est recommandé de disposer d'un fond très sombre pour faire ressortir nettement le sujet et de s'assurer que les détails de l'arrière-plan ne viennent pas se greffer sur celui-ci. L'éclair du flash sera dosé en fonction du nombre-guide. Affichez sur l'appareil une vitesse très lente ou préférablement la pose B, et appuyez plusieurs fois sur le bouton de déclenchement du flash, pendant que le diaphragme reste ouvert. Pour diminuer au maximum le temps de recyclage du condensateur entre les éclairs, rapprochez-vous le plus possible du sujet et réglez la portée utile des éclairs en conséquence en actionnant le variateur de puissance. L'automatisme du flash, TTL ou à computer, doit être débrayé.

● Signalons qu'à l'heure actuelle un compact de la marque Olympus vous permet de réaliser à coup sûr et sans effort des effets stroboscopiques. Vous n'avez qu'à choisir la position "multi-flash", et le flash émettra 4 éclairs successifs en 1/6 de seconde, vous donnant ainsi 4 positions d'un même sujet en mouvement sur une même image. Bien sûr, chaque éclair sera suffisamment atténué pour que leur somme totale soit équivalente à un seul éclair normal, ce qui évite le risque de surexposition.


A quels autres usages le flash peut-il être destiné ?
● Le flash électronique peut nous rendre de nombreux autres services. Citons, entre autres, son utilisation dans l'amélioration du rendu des couleurs et la réalisation d'effets spéciaux.

● Les objets ne rendent leurs vraies couleurs qu'à la lumière du jour aux alentours de midi et par beau temps. Dans d'autres conditions d'éclairage, les couleurs ne sont plus objectivement les mêmes. Notre oeil, ayant une fabuleuse faculté de s'adapter, perçoit rarement les variations de couleurs dues à des variations d'éclairage. Mais le film, lui, ne fait qu'enregistrer objectivement la réalité, ce qui provoque des dominantes qui, trop fortes, nous dérangent. La lumière tôt le matin ou tard le soir donne une coloration jaune orangé que nous percevons dans une certaine mesure ; le soleil caché par un nuage ou l'ombre découverte confèrent une teinte bleue à laquelle notre oeil n'est pas sensible ; la lumière solaire dans les brumes ou aux environs des grandes villes colore d'un rouge clair sans que nous nous en rendons compte ; enfin, herbes et feuillages projettent un reflet verdâtre qui nous échappe généralement. Dans tous les cas, le flash se révèle utile en neutralisant ces dominantes et en restituant aux objets leurs vraies couleurs.

● Si vous voulez effacer entièrement une dominante, tout ce que vous avez à faire est d'exposer le sujet entièrement au flash, même en plein jour, en tenant compte toutefois de la luminosité ambiante pour ne pas surexposer. Mais si vous voulez quand même préserver un soupçon de cette dominante, effectuez une correction de -1 IL sur le flash. Rappelons que la lumière du flash n'a d'influence que sur un sujet assez petit - elle n'a pas d'incidence sur l'ombre d'une montagne.

● Pensez à utilisez le flash pour raviver les couleurs des fleurs quand le ciel est chargé ou quand la lumière diurne est faible et blafarde. Un portrait en extérieur par temps hivernal gagnera en rendu et modelé avec un éclair de flash.


Comment réalise-t-on des effets spéciaux avec un flash ?
● Les effets spéciaux qu'on peut réaliser avec un flash électronique sont innombrables. Citons, par exemple, les photos de nuit prises en plein jour (nuit américaine). Pour ce faire, on réalise un fill-in au flash à l'envers, c'est-à-dire on sous-expose généreusement le fond et on éclaire le sujet principal au flash de façon normale. Si vous avez un appareil TTL au flash, par exemple, réglez l'ouverture, flash éteint, de façon à obtenir une vitesse inférieure de 4 crans à la vitesse de synchronisation (par exemple, pour une vitesse de synchro de 1/125, la vitesse à rechercher sera de 1/8). Allumez le flash et déclenchez. L'exposition se fera à 1/125 de seconde (vitesse de synchronisation automatiquement verrouillée), ce qui conduira à sous-exposer le fond de 4 IL. Pour donner à la scène une coloration bleutée, coloration traditionnelle de la nuit, utilisez un film type B (film pour lumière artificielle) ou fixez sur l'objectif un filtre bleu de la série Wratten 82. Mais avec un filtre bleu sur l'objectif, il faudra placer sur le flash un filtre orangé de la série Wratten 85 pour donner une couleur correcte et naturelle au sujet principal, qui, nous le savons, doit être éclairé au flash.

● Le fill-in au flash à l'envers est à utiliser chaque fois qu'on souhaite détacher le sujet sur un fond sombre.


On voit que le flash peut être utilisé comme une source de lumière principale ou secondaire. Est-ce vrai ?
● Oui. Et non seulement en basse lumière mais également en plein jour. Cela prouve la merveilleuse versatilité du flash électronique.

● Prenons un exemple : Par temps couvert en extérieur, on peut créer une atmosphère ensoleillée grâce au flash, à condition de ne pas vouloir illuminer une trop grande surface. On doit tenir le flash assez en hauteur et de côté pour donner l'impression que sa lumière est celle du soleil. Il faut donner aux plages prétendues "ensoleillées" deux fois plus de brillance qu'à celles éclairées par la seule lumière du jour. Pour calculer l'exposition optimale, on règle la vitesse d'obturation sur sa synchronisation flash, et on utilise un posemètre (celui de l'appareil photo ou un posemètre autonome) afin de trouver l'ouverture de diaphragme nécessaire pour la lumière ambiante. On affiche alors un indice de diaphragme inférieur à celui indiqué par le posemètre. Quant à la distance optimale flash/sujet, on la trouve en divisant le nombre-guide du flash utilisé par l'indice de l'ouverture choisie. Rappelons que, contrairement à la lumière du soleil sur terre, la lumière du flash subit une baisse d'intensité rapide, proportionnelle à la distance du sujet à éclairer.

● Le casse-tête habituel de l'amateur est le dosage de l'éclair du flash en éclairage multiple (avec deux ou plusieurs flashes) ou en éclairage mixte (lumière ambiante + lumière du flash). Un bon flashmètre viendra à bout de ce casse-tête comme par enchantement ; malheureusement, son prix le met hors de la portée de l'amateur. Reste l'expérience personnelle : elle seule peut vous aider efficacement, les conseils qui viennent d'être donnés ne pouvant être que des indications générales.


Est-il possible de bien exposer un sujet inaccessible et situé largement au-delà de la portée d'un flash ?
● Oui. Il faut pour cela recourir à la technique d'open flash. Deux conditions essentielles sont requises : l'obscurité environnante doit être presque totale, et il doit s'agir d'un sujet immobile.

● Fixez l'appareil sur un pied stable. L'obturateur sera ouvert en position B avec un déclencheur souple à blocage. Débrayez l'automatisme de l'appareil et du flash. Faites partir des éclairs en appuyant sur le bouton d'open flash, en prenant soin de tenir le flash hors du champ de l'objectif.

● Voici comment on calcule le nombre d'éclairs nécessaire pour bien exposer le sujet. Calculez d'abord le nombre-guide théorique nécessaire en fonction de l'ouverture utilisée. Par exemple : distance = 25 m, ouverture = f/8 ; nombre-guide théorique nécessaire = 200 (25 x 8 = 200).

● Supposons que vous disposiez d'un flash de NG 28. Divisez d'abord le NG théorique nécessaire par le NG de votre flash. Nous avons : 200/28 = 7,14.

● Elevez ensuite au carré le quotient obtenu. Nous avons : 7,14 x 7,14 = 51.

● Il vous faudra donc projeter sur le sujet 51 éclairs pour l'exposer correctement.


Comment peut-on exposer des régions trop étendues pour être illuminées à l'aide d'un seul flash ?
● On peut "peindre avec la lumière" de telles régions en recourant, une fois de plus, à la technique d'open flash. Par exemple, si vous souhaitez photographier une rangée de maisons, sélectionnez un point de prise de vue situé à l'une des extrémités de la rangée. Laissez l'appareil monté sur pied - obturateur ouvert sur pose B à l'aide du déclencheur souple à blocage - à l'endroit choisi. Bien entendu, l'obscurité environnante doit être presque totale. Marchez le long de la rue, flash en main, en déclenchant un éclair face à chaque maison. Maintenez constante la distance entre le flash et les bâtiments, compte tenu du NG du flash et de l'ouverture du diaphragme. Les espaces illuminés par chaque éclair doivent se chevaucher légèrement.

● On peut opérer de la même manière dans les intérieurs sombres, comme par exemple les grottes et les cavernes. Affichez une ouverture d'un cran plus petite que celui requis par le flash pour tenir compte des réflexions sur les parois et de la très faible lumière ambiante.


Pouvez-vous passer en revue les services que le flash peut nous rendre ?
● Le flash électronique est une source de lumière extrêmement commode dotée de très larges possibilités. Employé seul ou en combinaison avec d'autres sources de lumière, il apporte une aide appréciable à notre créativité grâce à la faible durée de son éclair. Il peut remplir les fonctions suivantes, la liste n'étant nullement exhaustive :

  • éclairer le sujet lorsque la lumière ambiante est insuffisante ;

  • déboucher les ombres ;

  • atténuer les contrastes ;

  • homogénéiser l'éclairement en effaçant les taches d'ombre en patchwork ;

  • mettre de la vie dans les yeux et donner des brillances aux cheveux ;

  • améliorer le rendu des couleurs ;

  • améliorer le contraste quand il en manque ;

  • fixer les mouvements les plus brefs ;

  • traduire le mouvement ;

  • fixer plusieurs attitudes d'un mouvement sur une même image ;

  • et enfin, réaliser des effets spéciaux.


< Précédent

Suggestion d'articles pour vous :

L'usage fait briller le métal (Ovide).
Vie sans amour, année sans été (proverbe suédois).
Voyance AsiaFlash
Conditions d'utilisation et tarifs
Les princes ne songent à rendre leurs sujets heureux que lorsqu'ils n'ont plus rien à faire (proverbe chinois).
Les fleurs d'hier sont les rêves d'aujourd'hui (proverbe japonais).