À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Les praticiens

Les praticiens

● Il semble qu'il n'y ait jamais eu de femmes dans le collège des haruspices, ni à avoir jamais exercé cette fonction. Il y avait par contre des stryges, c'est-à-dire des sorcières ; celles-ci, comme en témoignent les Métamorphoses d'Apulée, étaient particulièrement nombreuses, et réputées, en Thessalie. Certaines magiciennes, telles Circé ou Médée, ou la Pythie de Delphes sont restées célèbres. L'un des devins les plus connus de l'Antiquité était Calchas. Tirésias, cité par Homère, en fut un également.

● Ils étaient perçus comme des charlatans dès l'époque impériale romaine ; Caton en disait que "deux haruspices ne peuvent pas se regarder sans rire".

< Précédent

Suggestion d'articles pour vous :

La première faveur refusée efface toutes les faveurs accordées (Pline le Jeune ).
C'est le coeur et non le corps qui rend l'union inaltérable (Publilius Syrus).
 
Pas de bon médiateur, s'il n'est un peu menteur (proverbe chinois).
Il est bon de donner les choses qui ne se peuvent vendre (proverbe italien).