À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Les pratiques

Les pratiques

● Dans l'Antiquité, l'haruspice interprétait la volonté divine en lisant dans les entrailles d'un animal sacrifié. L'animal était rituellement abattu ; l'haruspice pouvait alors examiner la taille, la forme, la couleur, les signes particuliers de certains organes, généralement le foie, dont on a retrouvé des maquettes de bronze à usage didactique de ce type de divination, tel celui de Plaisance en Étrurie, mais il existe aussi un exemplaire hittite provenant de Boghazkoi, et une version babylonienne.

● Enfin, quand l'animal avait été abattu, la viande était rôtie et divisée entre les participants à la cérémonie au cours d'un banquet. L'organe divisé en quatre parties correspondant aux quatre points cardinaux, chacune d'entre elles représentait la demeure de certaines divinités invoquées, auxquelles l'officiant demandait l'intercession dans les affaires humaines.

● Les différentes pratiques ayant subsisté jusqu'à nos jours à l'aide du marc de café et autres procédés semblables ne sont autres qu'une survivance, ayant perdu sa signification originelle, d'un ensemble de rites remontant probablement à la préhistoire, et lié à une pratique chamanique. A noter : les anciens devins chinois lisaient les présages sur des carapaces de tortues.

Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

L'amour est pourtant une chose simple, mais le mariage ! (Sören Kierkegaard).
Ils ne pèchent pas, ceux qui pèchent par amour (Oscar Wilde).
 
L'or se révèle à l'épreuve du feu, le coeur de l'homme à l'épreuve de l'argent (proverbe chinois).
Les tailleurs font bien des grands seigneurs (proverbe allemand).