À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Vision au XIXe siècle

Vision au XIXe siècle

● Le Dictionnaire Bouillet nous présente les fées au XIXe siècle de la façon suivante : "Comme des êtres fantastiques, jouissaient d'un pouvoir surhumain, mais étaient soumises quelquefois à des lois bizarres et humiliantes. On les représente tantôt sous la figure d'une femme jeune, belle, couverte d'habits magnifiques ; tantôt comme une vieille ridée et couverte de haillons et elles sont parfois armées d'une baguette magique, instrument de leur puissance surnaturelle.

● Sans être immortelles, les fées ont une existence de plusieurs milliers d'années. On a cherché leur origine dans les faunx ou fanie des anciens, qui prédisaient l'avenir et dont la première était Fatua ou Fauna, l'épouse de Faunus ; on fait aussi dériver leur nom (en italien fata) de fatum, destin ; mais la croyance aux fées paraît plutôt se rattacher à la religion des Druides et dériver de la vénération que les Gaulois avaient pour les Druidesses. Quoi qu'il en soit, les fées ont joué un très grand rôle au moyen âge ; elles occupent une grande place dans les romans de chevalerie".

● Les fées sont des êtres bons ou maléfiques, qui sont là pour changer le cours de la vie des hommes. Munies d'une paire d'ailes, ce sont généralement des femmes. Elles lancent des sortilèges.

● "La république mystérieuse", livre écrit par Robert Kirk en 1691, présente les fées sous un jour assez inquiétant : ce sont des êtres invisibles et pernicieux. Publié pour la première fois en 1815, cet ouvrage était devenu presque mythique.

Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Il n'appartient qu'aux âmes privilégiées de raisonner toujours juste (Démocrate).
Le plaisir des disputes, c'est de faire la paix (Alfred de Musset).
 
Le sage s'interroge lui-même, le sot interroge les autres (proverbe chinois).
Homme surpris est à moitié pris (proverbe anglais).