À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Les fondements du Feng Shui (1)

Les fondements du Feng Shui (1)

Comme indiqué plus haut, le Feng Shui est une des applications de la cosmogonie chinoise. Il est donc basé sur les principes de celle-ci et sur leurs corollaires. Voici les trois des grands principes de la cosmogonie chinoise qui sous-tendent le Feng Shui.


  1. L'Univers, c'est l'oscillation des deux forces Yang et Yin, et leurs vicissitudes. Les Chinois ne croient pas en un dieu créateur du ciel et de la terre. Pour eux, il existe d'emblée une force positive, qu'ils appellent "Yang", et une force contraire, négative, qu'ils appellent "Yin". Ces deux forces agissent constamment l'une sur l'autre, s'attirent et se repoussent continuellement ; lorsque l'une croît, l'autre décroît dans les mêmes proportions. Ce sont les interactions infinies entre le Yang et le Yin qui donnent naissance à l'Univers et génèrent l'Énergie Cosmique.


  2. L'être humain fait corps avec l'Univers : c'est un microcosme au sein du Macrocosme. Contrairement aux Occidentaux, les Chinois ne conçoivent pas l'être humain comme une entité destinée à vaincre et à dominer l'Univers, mais à s'y soumettre. Pour eux, l'être humain est une parcelle de l'Univers et porte en lui toutes les caractéristiques de celui-ci. C'est en se conformant aux lois de l'Univers que l'être humain trouve son salut et son bonheur ; par contre, il devient malheureux et court à sa perte dès qu'il viole ces lois. En somme, c'est toujours la Nature qui a raison.


  3. L'Univers est en évolution permanente, et cette évolution se fait par cycles. La pensée occidentale et la pensée chinoise s'accordent pour reconnaître que l'Univers est en perpétuelle évolution : dans la Nature, il n'y a que le changement qui est permanent ! Mais si la première stipule que l'Univers évolue de façon irréversible, suivant une direction linéaire, pour la dernière, au contraire, tout n'est que recommencement sans fin, et les évolutions de l'Univers tout entier se caractérisent par leur cyclicité.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Le style est l'homme même (Buffon).
L'amour est un tyran qui n'épargne personne (Corneille).
 
Parenté lointaine ne vaut pas proche voisinage (proverbe chinois).
Mieux vaut un ami utile que dix inutiles (proverbe islandais).