À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

L'enfer dans la religion chrétienne (1)

L'enfer dans la religion chrétienne (1)

● La notion d'un enfer ou l'on brûle éternellement est tirée de l'interprétation de certains passages du Nouveau Testament. Néanmoins, certains mouvements se disant chrétiens (comme l'adventisme, une déclinaison du protestantisme, ou les Témoins de Jéhovah), généralement issus des doctrines de William Miller (1782-1849), ne partagent pas cette croyance.

● Le Catéchisme de l'Église catholique (1992) qui fait autorité pour celle-ci écrit : "L'enseignement de l'Église affirme l'existence de l'enfer et son éternité" (N° 1033). Et il argumente en se référant à l'Évangile. Jésus parle souvent de la "géhenne", du "feu qui ne s'éteint pas" (Mt 5:22-29; 13:42-50; Mc 9:43-48).

● Il n'y a là-dedans aucun fatalisme: "Dieu ne prédestine personne à l'enfer ; il faut pour cela une aversion volontaire de Dieu" (N° 1037).

● Enfin les catholiques, en même temps qu'une grande majorité d'autres confessions chrétiennes, distinguent l'enfer des enfers. L'enfer est le lieu de la damnation, le lieu éternel sans Dieu. Au contraire les enfers sont le séjour des morts, où ceux qui sont décédés avant le Christ ont attendu sa venue. Ainsi selon les Credos oriental et romain, le Christ est descendu aux enfers, qu'on appelle aussi les Limbes, libérer ceux qui l'attendaient. Le Christ n'est jamais allé en enfer.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Un peu d'encens brûlé rajuste bien des choses (Cyrano de Bergerac).
Pour se plaire, il faut se ressembler beaucoup afin de s'entendre, et différer un peu afin d'avoir à se comprendre (Diane de Beausacq).
 
Un jour en vaut trois pour qui fait chaque chose en son temps (proverbe chinois).
Le grand poisson mange le petit (proverbe français).