À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Les Enfers dans la mythologie gréco-romaine (4)

Les Enfers dans la mythologie gréco-romaine (4)

● Le Cocyte est un affluent de l'Achéron. C'est sur ses rives que doivent attendre les âmes privées de sépulture avant de comparaître devant les juges qui statueront sur leur sort définitif. C'est un fleuve impétueux qui entoure le Tartare de ses eaux, et on dit que son cours est formé par les abondantes larmes versées par les âmes mauvaises en repentir. Non loin de ce fleuve, on trouve la Porte des Enfers, faite d'airain et maintenue en place par des gonds du même métal.

● Le Phlégéthon, tout comme le Cocyte, est un des affluents de l'Achéron. Ce fleuve auquel on attribue les qualités les plus nuisibles est constitué de flammes et entoure la Prison des Méchants. Il est assez long et coule dans le sens inverse à celui du Cocyte.

● Le fleuve Léthé est particulier : les âmes des Justes, quand elles jugeaient bon de quitter les Champs-Élysées (que l'on pourrait assimiler au Paradis judéo-chrétien), devaient en boire les eaux qui avaient la faculté d'effacer presque entièrement la mémoire de celui qui s'en abreuvait. Après cela, elles pouvaient repartir à la surface et intégrer un nouveau corps pour recommencer une vie humaine, vierge de tout souvenir. Quelques-uns de ces souvenirs, cependant, subsistaient. Le Léthé est aussi appelé "Fleuve de l'Oubli".

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Ceux qui ne savent pas perdre ne savent pas gagner (Van Minh).
Il faut plus d'esprit pour faire l'amour que pour conduire des armées (Ninon de Lenclos).
 
L'eau ne reste pas sur les montagnes, ni la vengeance sur un grand coeur (proverbe chinois).
L' amour est comme une plante grimpante qui se dessèche et meurt si elle n'a rien à enlacer (proverbe indien).