À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com

Les Enfers dans la mythologie gréco-romaine (2)

Les Enfers dans la mythologie gréco-romaine (2)

● Le Tartare : la prison des dieux. À l'intérieur de sa triple enceinte d'airain, il renferme le palais de Hadès, le maître des Enfers, mais aussi les Géants, Titans, et tous les anciens dieux qui s'étaient opposés aux Olympiens. Il s'agit du lieu où l'on expie ses fautes, où toutes les formes de torture physique ou psychologique sont représentées. Il existe des exemples célèbres de mortels qui y purgeant leurs fautes : Sisyphe, Tantale ou les Danaïdes.

● C'est une région aride, sans vie et monotone, avec parfois des étangs glacés, des lacs de soufre ou de poix bouillante où baignent les âmes malhonnêtes. L'endroit est entouré par des fleuves aux eaux boueuses, des marécages à l'odeur nauséabonde, qui forment un rempart pour que nulle âme n'échappe à sa peine. La distance du Tartare jusqu'à la surface est égale à celle qui sépare les cieux de la surface. Il soutient en outre les fondements des terres et des mers.

● Parfois, certaines légendes donne une autre lande infernale, les Asphodèles, dans lesquelles les humains mornes et ordinaires, dépourvus de bonté ou d'actions remarquables s'ennuient éternellement.

< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Le temps ne maintient que ce qu'il a élevé (Ch. Cahier).
On ne badine pas avec l'amour (Alfred de Musset).
 
Cent non font moins de mal qu'un oui jamais tenu (proverbe chinois).
Pauvreté n'oblige pas à voler, ni richesse n'en empêche (proverbe scandinave).