À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com
La cuisine chinoise comme diététique

La valeur du poisson

La valeur du poisson

● Il me semble qu'en France, contrairement aux habitudes chinoises, on ne mange pas assez de poisson. Je dois faire la queue en France chaque fois que je vais acheter de la viande. Chez mon poissonnier, au contraire, je suis presque toujours servi dès mon arrivée. C'est vraiment dommage que le poisson ne soit pas apprécié à sa juste valeur car il n'est pas excessivement riche en calories et il est le plus assimilable et le plus digeste des aliments azotés. Il existe en des centaines de variétés qui peuvent satisfaire tous les goûts. Il est aussi encore l'aliment le moins touché par la pollution. Comme il ne coûte pas cher, il convient à toutes les bourses.

● Votre peur du poisson n'est plus justifiée, vu les techniques modernes de réfrigération et de conservation. Si l'on sait bien le préparer, le poisson offre une quantité innombrable de plats savoureux et sains. J'ai eu l'occasion d'examiner plusieurs livres de cuisine française, et j'ai remarqué que la part réservée au poisson y était relativement modeste.


< Précédent Suivant >

Suggestion d'articles pour vous :

Le Français sont plus sages qu'il ne semble (F. Bacon).
L'étalon ne sent pas les coups de pied de la jument (proverbe basque).
 
Quand il y a du riz qui moisit à la cuisine, il y a un pauvre qui meurt de faim à la porte (proverbe chinois).
Tranquille est celui qui n'a pas d'âne : il ne s'occupe ni de sa paille, ni de son orge (proverbe persan).