À propos de Nguyen Ngoc-Rao, fondateur et éditeur du site AsiaFlash.com
Compatibilités entre Signes astraux

Femme Taureau / Homme Poissons

Femme Taureau Affiniteés Homme Poissons

Couple avec zodiaque (2)

● Les possibilités d'entente sont très bonnes dans cette combinaison. La stabilité de la femme Taureau ne peut être que profitable à un être aussi erratique que l'homme Poissons. Les partenaires sont très proches par la tendresse, la gentillesse et la bienveillance. Surtout, tous deux aiment autant aimer qu'être aimés.

● L'union de ces partenaires est marquée par une complémentarité profonde. Il existe entre eux un lien puissant ayant des racines mystérieuses, indéfinissables, qui sont d'ordre psychique, sensuel et affectif. Ce couple jouira toujours d'un air de fraîcheur bienfaisante.

● Peut-être l'homme Poissons trouvera-t-il la femme Taureau un peu trop terre à terre, et quelques problèmes de communication s'en suivront. Elle, de son côté, concrète et pratique, sera irritée par le côté superficiel de son compagnon. Mais dans l'ensemble, ces partenaires sont très unis. Lorsque parfois la native Taureau se montrera trop possessive et trop exclusive vis-à-vis de son compagnon, celui-ci résistera, non par la force, mais en douceur, en se dérobant et en se faisant totalement insaisissable.

● L'homme va dans le sens de ses inclinations naturelles, il ne s'occupe que de ce qui l'intéresse et n'hésite pas à délaisser tout le reste, particulièrement les contingences matérielles. Il apportera donc au foyer la nouveauté et la fantaisie, empêchant ainsi l'union de tomber dans la monotonie des habitudes. Et la femme sera gardienne des valeurs traditionnelles du couple et de ses biens matériels.

< Retour

Suggestion d'articles pour vous :

La gaieté, la santé changent l'hiver en été (Désaugiers).
Parler d'amour, c'est faire l'amour (Honoré de Balzac).
 
Les vérités qu'on aime le moins à apprendre sont celles que l'on a le plus d'intérêt à savoir (proverbe chinois).
Les traits de la médisance et de la calomnie sont acérés par les deux bouts ; ils blessent souvent la main qui les enfonce (proverbe indien).