À propos de l'éditeur
200.000 Noms de famille titre
Les conditions du bonheur suivant votre nom de famille

Votre nom de Famille Carrere : les conditions du bonheur

● "La figure fait la beauté d'une statue, l'action fait celle de l'homme", disait Démophile. Blondel était plus affirmatif encore: "Au commencement était l'action." Nous ne serions rien si nous n'agissions pas, tout comme la Matière serait inconcevable sans l'Énergie. L'histoire ne se souvient que des hommes et des femmes qui se sont distingués par leurs actions. L'action est donc quelque chose qui mérite d'être honoré et non méprisé.

● Cependant l'action, pour être bonne et méritoire, doit servir une noble cause et, en outre, ne doit pas accaparer tous les instants de notre vie. Carrere, qui a besoin d'action pour se définir et se réaliser, est en général dépourvu d'ambition mesquine, et l'on ne peut que s'en féliciter. Bien des Carrere peuvent avoir leur nom gravé dans l'histoire de l'humanité s'ils se dévouent à de grandes et nobles valeurs.

● Mais Carrere a aussi intérêt à faire preuve de modération et à s'arrêter de temps en temps pour voir s'il avance dans la bonne direction. La réflexion, voire la méditation, est tout aussi nécessaire que l'action elle-même. Se perdre en cours de route est en effet un danger qui guette Carrere en permanence. Combien de Carrere, par manque de direction, ont dévié de la bonne voie ! Le dynamisme de Carrere est comparable à un puissant torrent qui peut se révéler éminemment utile ou au contraire causer des ravages suivant qu'il est ou non maîtrisé.

Nous vous recommandons vivement de consulter le dossier fondamental :
Affinités amoureuses entre noms de famille

Les pensées sont exemptes d'impôt (William Camden).
Qui chérit à l'excès sait haïr à l'excès (Aristote).
Chat-Voyance : Nos voyants répondent en direct sur votre écran !
Conditions d'utilisation
L'homme heureux ignore la nature du bonheur comme le bateau qui vogue ignore la nature du courant (proverbe chinois).
La couronne n'est pas digne de toute tête (proverbe persan).