À propos de l'éditeur
Cuisine chinoise et asiatique titre
Les plats de santé

Les plats de santé
Mal de dos

Aubergine à la vapeur

- 1 grosse aubergine d'environ 800 g

Pour la sauce :

- 1 cuillerée à soupe de sucre
- 1 cuillerée à soupe d'huile de champignon ou huile d'olive
- 2 cuillerées à café d'huile de sésame
- 2 grosses gousses d'ail
- 2 cuillerées à soupe de vinaigre de cidre (ou d'alcool)
- 2 cuillerées à soupe de sauce de soja claire
- 2 tranches de gingembre frais

Aubergine à la vapeur : Méthode

1. Lavez puis séchez l'aubergine à l'aide d'une serviette en papier. Ne l'épluchez pas.
2. Découpez l'aubergine en 2 dans le sens de la longueur. Faites sur la peau des entailles obliques, profondes d'1 cm et à 1 cm d'intervalle. Faites d'autres entailles semblables mais perpendiculaires aux premières.
3. Mettez les moitiés d'aubergine, le côté peau en dessous, dans un plat légèrement huilé allant à la marmite à vapeur. Faites cuire à la vapeur une trentaine de minutes. Mettez ensuite les moitiés dans un plat de service, le côté peau en dessus, et gardez au chaud. Le jus de cuisson sera utilisé pour d'autres recettes.
4. D'autre part, préparez la sauce. Écrasez l'ail. Découpez le gingembre en miettes puis écrasez-les à l'aide d'un presse-ail.
5. Faites chauffer une poêle puis versez-y l'huile de champignon. Lorsque l'huile est sur le point de fumer, faites revenir l'ail et le gingembre 30 secondes.
6. Baissez le feu, ajoutez tous les autres éléments de la sauce et laissez cuire en tournant doucement avec une spatule jusqu'à dissolution complète du sucre.
7. Versez la sauce fumante sur l'aubergine et servez aussitôt.


Mal de dos
Plats conseillés :

La magie du premier amour , c'est d'ignorer qu'il puisse finir un jour (B. Disraeli).
L'amour triomphe de tout (Virgile).
Voyance AsiaFlash
Conditions d'utilisation et tarifs
Les mauvaises décisions se prennent autour des vases à liqueur et des tables surchargées de viandes (proverbe chinois).
L' amour est un caravansérail : on n'y trouve que ce qu'on y apporte (proverbe persan).