À propos de l'éditeur
Cuisine chinoise et asiatique titre
Mettez-vous à la cuisine chinoise

Poussière de Pékin

Poussière de Pékin

Pour 4 personnes. Préparation : 1 h 30, y compris 45 min de cuisson des marrons.

Poussière de Pékin : Ingrédients

500 g de marrons frais
100 g de sucre semoule
2 cuillerées à soupe de sucre roux
1/4 de litre de crème fraîche
1 cuillerée à café d'extrait d'amande (ou de vanille)
1 pincée de sel
12 cerises au sirop

Poussière de Pékin : Préparation

1/ A l'aide d'un couteau aiguisé, faites deux incisions perpendiculaires sur le côté plat des marrons.
2/ Mettez les marrons dans une casserole, recouvrez-les d'eau et faites-les cuire environ 45 min. Décortiquez-les ensuite et laissez-les égoutter entièrement. Essuyez-les avec une serviette sèche.
3/ Passez les marrons à la moulinette pour obtenir une purée de la consistance du sucre cristallisé.
4/ Mélangez intimement dans un saladier la purée de marrons avec le sel et le sucre semoule. Dressez ensuite le mélange en une pyramide dans une grande assiette.
5/ Dans un saladier, versez l'extrait d'amande et le sucre roux ainsi que la crème ; battez vigoureusement, jusqu'à obtention d'une mousse lisse et homogène.
6/ Versez la crème fouettée sur la pyramide, de façon à la recouvrir entièrement sans la défaire.
7/ Disposez les cerises en couronne à la base de la pyramide et servez.

Poussière de Pékin : Remarques

1/ A défaut de marrons frais, vous pouvez utiliser des marrons en conserve au naturel.
2/ Il est recommandé d'utiliser un batteur électrique pour fouetter la crème.
3/ On peut remplacer les cerises par des fruits confits et/ou du gingembre confit découpé en menus morceaux.


< Retour

Connaître les autres, c'est sagesse ; se connaître soi-même, c'est sagesse supérieure (Lao-Tseu).
L'amitié est toujours profitable, l'amour est parfois nuisible (Sénèque).
Voyance AsiaFlash
Conditions d'utilisation et tarifs
La vertu ne tient sa noblesse de personne sinon d'elle-même (proverbe chinois).
Un homme sans une femme n'est qu'un demi-homme (proverbe indien).