À propos de l'éditeur
Astrorama titre
L'astrologie occidentale face à l'astrologie chinoise

1.3. La Qualité des signes zodiacaux

● Dans le Zodiaque occidental, les signes sont répartis en deux groupes suivant leur Qualité masculine ou féminine. Ils sont masculins de deux en deux à partir du Bélier, premier signe masculin ; et féminins de deux en deux à partir du Taureau, premier signe féminin. Autrement dit, tous les signes impairs sont masculins (Bélier, Gémeaux, Lion, Balance, Sagittaire, Verseau), et tous les signes pairs sont féminins (Taureau, Cancer, Vierge, Scorpion, Capricorne, Poissons).

● Il se passe exactement la même chose dans le Zodiaque chinois : tous les signes impairs sont masculins (Rat, Tigre, Dragon, Cheval, Singe, Chien), et tous les signes pairs sont féminins (Buffle, Lapin, Serpent, Bouc, Coq, Cochon). Mais au lieu d'utiliser les termes "masculin" et "féminin", les Chinois se servent de leurs termes plus génériques "Yang" et "Yin" (voir section suivante).

● Cependant, la ressemblance concernant la Qualité des signes s'arrête là. En astrologie occidentale, les adjectifs "masculin" et "féminin" servent simplement à décrire la nature profonde de chaque signe ; ils n'annoncent aucune incidence, pour la simple raison que les signes ne produisent pas d'incidences particulières de par leur Qualité. Dans l'astrologie chinoise, au contraire, les termes "Yang" et "Yin" non seulement décrivent la Qualité masculine ou féminine, mais encore laissent présager le déclenchement de toute une série particulière de paramètres et de conditions astrologiques extrêmement importants, comme nous le verrons dans la prochaine section.

< Précédent Suivant >

L'envie est la carie des os (Livre des Proverbes).
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé (Lamartine).
Chat-Voyance : Nos voyants répondent en direct sur votre écran !
Conditions d'utilisation
Bien imprévoyant celui qui attend d'avoir soif pour creuser un puis, ou d'être frappé par le malheur pour se jeter aux pieds de Bouddha ! (proverbe chinois).
Lièvre qui court n'est pas mort (proverbe français).