À propos de l'éditeur
Astrorama titre
Résoudre ses problèmes d'argent

Faites votre mea culpa

● Une fois votre liste hiérarchisée de besoins établie, procédez à un inventaire aussi exhaustif que possible de toutes les dépenses que vous avez effectuées depuis un, deux ou même trois ans. Examinez ces dépenses d'un oeil critique et sévère, sans complaisance aucune, en vous référant à votre échelle de priorités. Interrogez-vous sur le bien-fondé de chacun de vos achats passés et marquez en rouge tous ceux qui s'écartaient de l'ordre établi. S'il s'avère que vous n'avez pas été raisonnable, infligez-vous une punition en vous privant volontairement d'une ou de plusieurs choses que vous êtes raisonnablement en mesure de vous offrir mais qui ne sont pas d'une nécessité vitale.

● Prenez alors la ferme résolution de ne plus satisfaire un besoin quelconque qui ne soit pas strictement dans la première catégorie. Désormais, chaque fois que vous serez confronté à une envie d'achat, ne vous posez plus cette question: "Alors, je craque?", mais plutôt la suivante: "Se passera-t-il vraiment quelque chose de grave si je me prive de ce produit?" Si la réponse, délibérément honnête et sincère, indique que le produit ne satisfera pas un besoin vital, alors refusez catégoriquement de bourse délier.

● Puis, chaque semaine, livrez-vous à une séance d'autocritique: demandez-vous sérieusement si vous n'avez pas dû ou pu comprimer davantage les dépenses que vous avez faites pendant la période écoulée. Si vous avez été raisonnable, alors félicitez-vous; dans le cas contraire, infligez-vous une punition et prenez la ferme résolution d'être plus sévère avec vous-même à l'avenir.

< Précédent Suivant >

Les choses ne sont point ce qu'elles sont, mais ce qu'elles paraissent être (Baltasar Gracian).
Mais l'amour est aveugle, et les amants ne peuvent voir Les plaisantes folies qu'ils commettent eux-mêmes (Shakespeare).
Voyance AsiaFlash par Audiotel
Conditions d'utilisation
La rose n'a d'épines que pour qui veut la cueillir (proverbe chinois).
Le diable met la femme sous l'homme pour tenir l'homme sous lui (proverbe corse).