À propos de l'éditeur
Astrochina titre
Portrait des 12 signes chinois au féminin

Portrait du signe Bouc au féminin

Le Bouc au féminin

● Il est rare qu'une femme Bouc soit aussi belle qu'une femme Dragon. Mais toute femme Bouc est mignonne et attendrissante, avec ses yeux de biche naïf et étonnés, son sourire facile mais quelque peu timide. Elle conserve longtemps un beau teint laiteux et une allure de jeune fille. Sa voix chaude et un peu rauque constitue sa meilleure arme de séduction. Il faudrait être de marbre pour résister à sa personnalité pleine de fraîcheur et à son air innocent.

● Il ne faut pas lui parler des revendications du M.L.F. Elle ne veut rien entendre de tout cela. Ce qu'elle recherche par-dessus tout, c'est d'être appréciée, aimée et protégée. Et elle met tout en oeuvre pour y parvenir.

● "On a remarqué que de tous les animaux, les femmes, les mouches et les chats sont ceux qui passent le plus de temps à leur toilette", disait Charles Nodier. Il aurait pu ajouter que la femme Bouc passe plus de temps à se faire belle que les autres femmes. Elle dépense aussi des sommes folles pour s'acheter tout le temps bijoux, parfums, sacs à main et robes. Elle pourrait se contenter de conserves pendant des semaines, mais ne peut s'empêcher de grever son budget pour suivre la mode. A court d'argent, elle n'hésitera pas à faire appel à tous ceux qui sont susceptibles de lui fournir une aide pécuniaire.

● Il faut bien dire à son crédit qu'elle est charmante, attrayante et éminemment féminine. Ce n'est jamais un garçon manqué. Dans toutes les circonstances, elle sait instinctivement se mettre en valeur. Le cortège de ses admirateurs et soupirants est impressionnant.

● L'amour est la grande affaire de sa vie. On devrait plutôt parler des amours, car elle ne se contente jamais d'un seul homme. Pour elle, c'est la quantité et non la qualité qui importe le plus: elle veut toujours avoir la certitude d'être irrésistible. Le jour où elle ne pourra plus collectionner les coeurs, elle sombrera fort probablement dans la dépression et perdra tout goût pour la vie.

● Cette créature voluptueuse et passionnée n'est pas à proprement parler une croqueuse d'amants. Quand elle aime, elle se donne tout entière, cherchant à se fondre dans l'homme (ou les hommes) de son coeur. Mais ses relations avec cet homme sont parfois névrotiques à cause de sa peur plus ou moins inconsciente de le perdre. D'autre part, elle ne se sent heureuse que si elle est dominée: elle veut toujours avoir un maître. En actes ou en paroles, elle reconnaît volontiers la supériorité des hommes et est disposée à se soumettre à eux, comme si
    Votre sexe n'est là que pour la dépendance:
    Du côté de la barbe est la toute-puissance (Molière).

● Il arrive parfois que, pour montrer sa soumission, la native aime à se faire infliger des souffrances par son amant. "Je veux qu'il me batte, moi... Il me plaît d'être battue" (Molière). Inutile de dire que son bonheur est impossible tant qu'elle n'est pas guérie de son masochisme.

● La femme Bouc est le type même de la femme-enfant. Ses pensées sont ordinairement subjectives, et ses réactions fortement marquées de puérilité. Il est toujours malaisé de la raisonner, encore moins de la convaincre par la logique. Mais on peut l'avoir au sentiment ou par la flatterie. Il est parfois nécessaire, pour la rendre à la raison, d'avoir recours à une certaine autorité, sinon une certaine violence. L'existence des femmes comme elle a donné lieu à ce proverbe espagnol: "La femme est comme l'oeuf, qui gagne à être bien battu."

● Si la femme du signe pense constamment à l'amour, elle cherche toujours des prétextes pour reculer l'échéance du mariage, car une fois mariée, elle ne pourra plus laisser libre cours à sa fantaisie. En somme, elle a toujours du mal à renoncer à son infantilisme.

< Retour

Le monde se lasse facilement de ceux qui ont commencé à se lasser de lui (Oxenstierna).
La prospérité est le lien de l'amour (Shakespeare).
Voyance AsiaFlash
Conditions d'utilisation et tarifs
Toute chose a été produite par une cause (proverbe chinois).
On n'a que le bien qu'on se fait (proverbe néerlandais).