À propos de l'éditeur
Art de vivre titre
Maximes pour un art de vivre

Profitons de nos malheurs

Profitons de nos malheurs

L'utilité du malheur

À quelque chose malheur est bon.
[Proverbe français.]

Ah ! frappe-toi le coeur, c'est là qu'est le génie,
C'est là qu'est la pitié, la souffrance et l'amour.
[A. de Musset.]

C'est le plus grand soupir qui fait le plus beau vers.
[Sully-Prudhomme.]

Ceux qui n'ont jamais souffert ne savent rien.
[Fénelon.]

Il est bon d'apprendre à être sage à l'école de la douleur.
[Eschyle.]

Il est difficile de convaincre quelqu'un de l'utilité de son malheur.
[Gemaine de Staël.]

Il faut que le hasard renverse la fourmi pour qu'elle voie le ciel.
[Proverbe arabe.]

Il n'est pas bon d'être malheureux, mais il est bon de l'avoir été.
[Chevalier de Méré.]

Il n'y a rien de si infortuné qu'un homme qui n'a jamais souffert.
[Joseph de Maistre.]

Il n'y aurait pas eu de bonheur, si le malheur n'avait aidé.
[Proverbe russe.]

La bougie donne plus de lumière quand on la mouche.
[Proverbe persan.]

La douleur embellit l'écrevisse.
[Proverbe russe.]

La douleur est le remède à la douleur.
[Denys Caton.]

La glaise ne devient terre à mouler qu'après avoir été pétrie.
[Eschyle.]

La prospérité montre les heureux, l'adversité révèle les grands.
[Pline le Jeune.]

L'arbre devient solide sous le vent.
[Sénèque.]

Le bonheur est un rayon de soleil que la moindre ombre vient intercepter ; l'adversité est quelquefois la pluie du printemps.
[Proverbe chinois.]

Le doux ne se supporte que mélangé avec l'amer.
[Ovide.]

Le feu enlève toute impureté.
[Proverbe berbère.]

Le génie de la douleur est le plus fécond de tous.
[Germaine de Staël.]

Le malheur fait dans certaines âmes un vaste désert où retentit la voix de Dieu.
[H. de Balzac.]

Le malheur peut être un pont vers le bonheur.
[Proverbe japonais.]

Le souvenir des peines passées est agréable.
[Euripide.]

Le vent purifie la route.
[Les Purânas.]

L'échec est le fondement de la réussite.
[Lao-Tseu.]

Les erreurs sont souvent la garantie de notre succès.
[Raymond Vincent.]

Les hommes malheureux ne sauront jamais assez la puissance de l'arme qui est entre leurs mains.
[Lacordaire.]

Les hommes sont des caisses fermées dont la clé est l'épreuve.
[Proverbe arabe.]

Les larmes valent mieux que le rire, car l'adversité améliore le coeur.
[L'Ecclésiaste.]

Les plus désespérés sont les chants les plus beaux.
[Musset.]

L'expérience du malheur nous apprend à secourir les malheureux.
[Virgile.]

L'expérience s'achète par le malheur.
[H. de Balzac.]

L'infortune est la sage-femme du génie.
[Napoléon Ier.]

L'or s'épure au feu, l'homme s'éprouve au creuset du malheur.
[Proverbe général.]

Nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert.
[Musset.]

Plus le malheur est grand, plus il est grand de vivre.
[Crébillon.]

Qui n'a pas éprouvé la peine ignore le prix du plaisir.
[Proverbe turc.]

Qui n'a pas éprouvé la peine ignore le prix du plaisir.
[Proverbe turc.]

Qui sait tout souffrir peut tout oser.
[Vauvenargues.]

Rien en nous rend si grands qu'une grande douleur.
[Musset.]

Soyez béni, mon Dieu, qui donnez la souffrance
Comme un divin remède à nos impuretés.
[Baudelaire.]

Trois choses donnent la mesure de l'homme : la richesse, le pouvoir, l'adversité.
[Proverbe arabe.]

Trois choses donnent la mesure de l'homme : le commandement, la richesse et le malheur.
[Proverbe arabe.]

Vent au visage rend l'homme sage.
[Gabriel Meurier.]

Les moyens de supporter le malheur

À force de mal aller, tout ira bien.
[P.-J. Le Roux.]

Après la pluie, le beau temps.
[Alain de Lille.]

Après l'orage vient le calme.
[Tobie.]

C'est au plus étroit du défilé que la vallée commence.
[Proverbe persan.]

C'est un malheur de ne pouvoir supporter le malheur.
[Bias.]

Entre deux montagnes vallée.
[Proverbe français.]

Garde au sein du malheur l'espérance et la foi :
Tout pauvre peut trouver un plus pauvre que soi.
[Don Juan Manuel.]

Il est des douleurs préférables à toutes les joies.
[Joubert.]

Il faut souffrir beaucoup ou mourir jeune.

[Proverbe portugais.]

Il n'est jamais plus tard que minuit.
[Proverbe birman.]

La douleur est aussi nécessaire que la mort.
[Voltaire.]

La misère aide à supporter la misère.
[Sophocle.]

L'âme vile est enflée d'orgueil dans la prospérité et abattue dans l'adversité.
[Épicure.]

L'ardeur du soleil fait mieux apprécier le plaisir d'être à l'ombre.
[Proverbe indien.]

Le jour du jeûne est la veille d'une fête.
[Proverbe espagnol.]

Le malheur finit par se lasser ; les vents ne soufflent pas toujours avec la même violence.
[Euripide.]

Le moyen de supporter le malheur, c'est de voir quelqu'un de plus malheureux que soi.
[Thalès.]

Le souvenir des peines passées est agréable.
[Euripide.]

Les jours se suivent, mais ils ne se ressemblent pas.
[Proverbe général.]

L'heure la plus sombre précède l'aurore.
[Th. Fuller.]

L'homme est un apprenti, la douleur est son maître.
[Musset.]

N'est-ce pas le souvenir du chagrin passé qui fait la joie du présent ?
[Edgar Poe.]

N'étaient les nuages, on ne jouirait pas du soleil.
[Proverbe irlandais.]

On affaiblit toujours ce qu'on exagère.
[Laharpe.]

Plutôt souffrir que mourir,
C'est la devise des hommes.
[La Fontaine.]

Pour être heureux jusqu'à un certain point, il faut que nous ayons souffert jusqu'au même point.
[Edgar Poe.]

Quand la lune est pleine, elle commence à décroître ; quand les eaux sont hautes, elles débordent.
[Proverbe chinois.]

Quand le coassement des grenouilles prend fin, on n'en apprécie que mieux le silence.
[Proverbe indien.]

Quand une porte se ferme, une autre s'ouvre.
[Cervantès.]

Tout est affaire de point de vue, et le malheur n'est souvent que le signe d'une fausse interprétation de la vie.
[H. de Montherlant.]

Un jour est tantôt une mère, tantôt une marâtre.
[Hésiode.]

Pour beaucoup, l'avenir rêvé n'est souvent que le retour à un passé idéalisé (Robertson Davies).
L'amour est à la portée de tous, mais l'amitié est l'épreuve du coeur (A. d'Houdetot).
Chat-Voyance : Nos voyants répondent en direct sur votre écran !
Conditions d'utilisation
Le sage savoure même ce qui n'a pas de saveur (proverbe chinois).
Les branches des arbres trop chargés se rompent (proverbe français).