À propos de l'éditeur
Astro-Amour titre
Affinités homosexuelles entre signes
Affinités homosexuelles entre signes

Affinités homosexuelles entre signes chinois
Chat / Coq

Chat / Coq

● L'amour et l'union entre le Chat et le Coq se rangent parmi les plus hasardeux. Le spécialiste consulté donnerait vraisemblablement un avis défavorable, à moins qu'il ne trouve chez les amoureux une intense passion et une sincère détermination de vaincre tous les obstacles pour réussir leur union. Il leur faudra, tout au long de leur vie commune, faire preuve de beaucoup de tact, de compréhension, de tolérance et d'indulgence pour contrebalancer leur agacement mutuel. Ici plus qu'ailleurs, "il faut plus d'esprit pour faire l'amour que pour conduire des armées" (Ninon de Lenclos).

● Le Chat et le Coq auront le plus grand mal du monde à réaliser l'harmonie. Chacun a un caractère diamétralement opposé à celui de l'autre. Le raffinement du Chat, son goût pour la tranquillité et sa préférence pour les activités d'intérieur se trouveront en conflit de plein front avec la superficialité, les bavardages intarissables et la vie trépidante du Coq. Les amoureux éviteront avec difficulté des querelles quotidiennes qui seront aussi futiles qu'une dispute pour savoir s'ils feraient mieux de rester ce soir à la maison pour regarder un bon western à la télévision ou d'aller au théâtre. À moins qu'ils n'apprennent à faire des concessions mutuelles, ils gâcheront leur vie commune en essayant constamment de prouver que l'autre a tort. Chacun tentera d'imposer à l'autre ses propres goûts et ses propres préférences en se livrant à des bouderies et même au chantage affectif.

Il y a peu de vices qui empêchent un homme d'avoir beaucoup d'amis, autant que peuvent le faire de trop grandes qualités (Chamfort).
La maladie d'amour ne tue que ceux qui doivent mourir dans l'année (Marguerite de Navarre).
Voyance AsiaFlash par Audiotel
Conditions d'utilisation
Les profits injustes sont comme la fausse monnaie ; plus on en a, plus on risque (proverbe chinois).
Que de maladies qui ne sont en réalité que des guérisons ! (proverbe persan).